À propos de la Station spatiale internationale …

@ blog ESA Thomas Pesquet

Un grand bravo à Thomas Pesquet qui a effectué sa première sortie dans l’espace
Pendant près de 6 heures, lui et Shane Kimbrough ont finalisé l’installation de nouvelles batteries à l’extérieur de la Station spatiale internationale

Image de prévisualisation YouTube

 

 

La station spatiale internationale?

La Station spatiale internationale (ISS) orbite autour de la Terre à 400 kilomètres d’altitude à une vitesse  28 800 km/h.

Il ne lui faut que 90 minutes pour en faire un tour complet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Babouins: des vocalisations semblables aux voyelles

Les Babouins produisent des vocalisations semblables aux voyelles

Ceci vient d’être mis en évidence par des chercheurs du Gipsa-Lab (CNRS/Grenoble INP/Université de Grenoble Alpes), du Laboratoire de psychologie cognitive (CNRS/AMU) et du Laboratoire d’anatomie de l’Université de Montpellier:

ils ont analysé les vocalisations de 15 babouins de Guinée qui vivent au centre des primates du CNRS à Rousset-sur-Arc (Bouches-du-Rhône)., étudié les muscles de leur langue et modélisé le potentiel acoustique de leur conduit vocal.

En voici des exemples :



Les babouins sont  donc capables de produire au moins cinq vocalisations ayant les propriétés des voyelles malgré la position élevée de leur larynx .

Ils sont capables de les combiner  pour communiquer   avec leurs partenaires.

Ces vocalisations préfigurent ainsi un système de parole chez les primates non humains .

Le langage est une caractéristique distinctive de l’espèce humaine

Les origines du langage et son évolution sont des questions scientifiques des plus difficiles à résoudre.

Une ancienne théorie remise en cause: un larynx trop haut pour parler ?

L’une des théories dominantes dans ce domaine associe la possibilité de produire des sons différenciés, base de la communication parlée, à « la descente du larynx » observée au cours de l’évolution de l’Homo sapiens.

Cette théorie considère que la parole humaine nécessite un larynx en position basse (par rapport aux vertèbres cervicales) et qu’un larynx en position haute, comme c’est le cas pour les babouins (Papio papio), empêche la production d’un système de vocalisations analogue à celui des voyelles existant dans toutes les langues.

 

D’après la  théorie ci-dessus, seuls les humains âgés de plus d’un an peuvent produire des sons différenciés. Les bébés, l’Homme de Neandertal et tous les singes en sont incapables car leur larynx est en position trop haute.

Des chercheurs avaient déjà montré que la position haute du larynx des bébés et des hommes de Neandertal n’est pas un handicap pour produire des voyelles différentes.

Il restait à apporter la preuve que les singes, notamment les babouins, arrivaient bien à produire ce type de vocalisations…. Voila qui est fait!

« C’est la première fois qu’on montre cela chez un primate non humain », explique à l’AFP Joël Fagot, chercheur CNRS au laboratoire de psychologie cognitive AMU et coauteur de l’étude

Les babouins produisent donc des sons comparables aux 5 voyelles humaines: [ɨ æ ɑ o u].

Les chercheurs les appellent des  » vowel-like » … car ils partagent certaines caractéristiques acoustiques des voyelles, sans en avoir toutes les propriétés. 

Les babouins peuvent également combiner les sons : par exemple, ils assemblent le [ɑ] et le [u] produire la vocalisation « whaou »

© Caralyn Kemp et Julie Gullstrand / Laboratoire de psychologie cognitive (CNRS/AMU).
Image in situ des babouins enregistrés.

Ces primates auraient donc un appareil vocal  « prêt à parler » mais leur cerveau n’est pas encore prêt à le contrôler.

Bien que les singes ne produisent pas de sons de parole, les données suggèrent des liens évolutifs entre les vocalisations des babouins et les systèmes phonologiques humains….pour plus de précisions télécharger le communiqué de presse du CNRS cp_vocalises_vf_web

Plus généralement, les langues parlées auraient pu évoluer à partir d’anciennes compétences articulatoires déjà présentes chez notre dernier ancêtre commun , il y a environ 25 millions d’années…

Sources

CNRS cp_vocalises_vf_web

Bibliographie
Evidence of a Vocalic Proto-System in the Baboon (Papio papio) Suggests Pre-Hominin Speech Precursors. Louis-Jean Boë, Frédéric Berthommier, Thierry Legou, Guillaume Captier, Caralyn Kemp, Thomas R. Sawallis, Yannick Becker, Arnaud Rey, Joël Fagot. PLOS ONE, le 11 janvier 2017. DOI : http://dx.plos.org/10.1371/journal.pone.0169321 (actif à la publication de l’article).

Fitch WT, de Boer B, Mathur N, Ghazanfar AA. Monkey vocal tracts are speech-ready. Science Advances. 2016;2(12):e1600723-e1600723. doi: 10.1126/sciadv.1600723
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

France: FlOATGEN, la première éolienne en mer

FLOATGEN est la première éolienne en mer en France

A ce jour,la France ne dispose d’aucune  éolienne en mer, ni fixe, ni flottante.

Le projet FLOATGEN est porté par Ideol, Centrale Nantes et Bouygues Travaux Publics.

FLOATGEN  est  une éolienne flottante de 2MW, elle sera la première éolienne en mer en France.

Les travaux de construction de la fondation flottante battent aujourd’hui leur plein sur le port de Saint-Nazaire et mèneront à l’installation de l’éolienne au large du Croisic sur le site d’expérimentation en mer SEM-REV avant la fin 2017.

 

Les éoliennes ?

 l’énergie d’origine éolienne est produite par la force du vent, elle  peut être captée sur terre (éolien terrestre) ou en mer (éolien offshore).
Les éoliennes en mer peuvent être installées de deux manières : fixées sur le fond marin  ou flottantes

Plus de 3 200 éoliennes sont installées en mer dans le monde à fin 2015, soit près de 12 GW de capacité   installée.

Toutes sont fixes, à l’exception de 6 unités flottantes installées en Norvège (1 unité), auPortugal (1 unité) et au Japon (4 unités).

FLOATGEN sera la première éolienne flottante en France:

  • Fondation flottante: Flotteur de 36 mètres de côté
    et de 9,5 mètres de haut (7,5 mètres de tirant d’eau)
  • Ancrage semi-tendu
    6 lignes en fibre synthétique
    (nylon)

 

 

Les grandes étapes du projet:

– Janvier 2013 Lancement du projet
2013 – 2015 Phase de conception et d’ingénierie du système flottant (flotteur, système d’ancrage, câble d’export de l’électricité), phase de développement du site d’essais
– 2015 Certification partielle de la conception de la fondation flottante par
l’organisme certificateur Lloyds’ Register
– Eté 2015 Installation sur le site d’expérimentation SEM-REV de l’Ecole Centrale de Nantes du câble d’export d’électricité
– 1er juin 2016 Lancement officiel de la construction lors d’une cérémonie de signature
– Eté 2017 Fin de la construction du flotteur
Fin 2017 Remorquage et installation sur le site puis raccordement au réseau
électrique
– 2018 – 2019 Exploitation de l’éolienne en mer (temps de démonstration de 2 ans)

Comme l’a déclaré le Président de l’Association des acteurs de
l’éolien européen, WindEurope, lors des dernières rencontres internationales de l’éolien en mer flottant de Marseille : « L’éolien en mer flottant a un rôle majeur à jouer pour atteindre les objectifs d’énergies renouvelables fixés par les Etats à horizon 2030 ».

Image de prévisualisation YouTube

Source EC nantes

Télécharger le Dossier de presse – Floatgen-1

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

France : les oiseaux nicheurs en déclin

La mise à jour de la Liste rouge nationale des oiseaux nicheurs entre 2008 et 2016 montre un déclin des oiseaux nicheurs :

La situation s’est aggravée pour 48 des 284 espèces recensées sur le territoire métropolitain : un tiers des espèces des oiseaux nicheurs est désormais menacé, contre un quart en 2008 !

Seulement 15 espèces ont vu leur statut s’améliorer .

Oiseaux nicheurs :quelles sont les raisons de leur déclin?

  • l’intensification des pratiques agricoles et la régression des prairies naturelles:

Il y a moins de jachères et de chaumes disponibles pour nourrir les oiseaux comme le Chardonneret élégant, le Verdier d’Europe et le  Serin cini ( leur déclin s’est sévèrement aggravé en 10 ans )

Verdier d’Europe  Auteur  Andreas Trepte, www.photo-natur.net. Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Generic

 

  • La dégradation des habitats des milieux humides :

Le  Blongios nain (un petit héron) a vu ses effectifs réduits de moitié en l’espace de 12 ans ; il est  désormais « En danger »

La population nicheuse de la Bécassine des marais est aujourd’hui réduite à moins de 50 oiseaux , elle est classée « En danger critique ».

  • l’artificialisation des berges et de la pollution de l’eau réduisent les ressources alimentaires :

le Martin-pêcheur d’Europe est désormais placé dans la catégorie « Vulnérable »

.la Pie-grièche à poitrine rose est maintenant classée « En danger critique » et menacée de disparition

Pie- griéche à poitrine rose

Quelles sont  les actions de conservation menées sur le terrain pour la sauvegarde des oiseaux nicheurs ?

En voici quelques exemples :

  • La loi de 1976 a permis d’interdire progressivement la destruction de nombreuses espèces et de favoriser le développement d’espaces protégés.
  • Les actions de protection des zones humides ont amélioré la situation de quelques échassiers (  Crabier chevelu,  Spatule blanche)
  • Programmes de réintroduction de certaines espèces( Vautour Moine dans les Grands Causses)

 Ces actions ne sont pas suffisantes, elles doivent être renforcées

pour écarter le risque de voir disparaitre ces oiseaux nicheurs en France.

Il est grand temps de tirer la sonnette d’alarme. qu’attendons nous pour réagir plus efficacement ?

Publication, résultats détaillés et bilan des évolutions entre 2008 et 2016 disponibles sur :
www.uicn.fr/liste-rouge-oiseaux.html

inpn.mnhn.fr/actualites/lire/6961

 Communiqué de presse (septembre 2016)
Tableau synthétique avec catégories et critères
• Synthèse des changements de catégories entre 2008 et 2016
• Publication : UICN France, MNHN, LPO, SEOF & ONCFS (2016). La Liste rouge des espèces menacées en France – Chapitre Oiseaux de France métropolitaine. Paris, France.

Source partielle de l’article UICNImage de prévisualisation YouTube

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page