Quand les variations de l’orbite terrestre dictent l’évolution biologique

Les coccolithophores sont des micro-algues dont la particularité est de former autour de leur unique cellule de minuscules plaques de calcaire, les coccolithes, dont les formes varient selon les espèces.

Après leur mort, ces coccolithes sédimentent dans les fonds marins qui ont fidèlement archivé les détails de l’évolution de ces organismes. Une équipe menée par des scientifiques du CNRS1 montre dans Nature le 1er décembre 2021 que certaines variations de lorbite terrestre ont influé sur l’évolution de ces micro-algues. Pour cela, pas moins de 9 millions de coccolithes, couvrant une période de 2,8 millions dannées et plusieurs localisations dans l’océan tropical, ont été étudiés par microscopie automatisée et classés par espèce en utilisant lintelligence artificielle. Les scientifiques observent que les coccolithophores ont connu des cycles de diversification et duniformisation, avec des rythmes de 100 et 400 milliers dannées. Ils en trouvent aussi la cause : la forme plus ou moins aplatie de lorbite de la Terre autour du Soleil, variant au même rythme…voir la suite ici 

Alain Gallien  source SVT Ac Dijon

Quand l’eau devient métallique

En faisant réagir de l’eau avec des métaux alcalins, il est possible de modifier ses propriétés pour la transformer en un métal conducteur.

Les reflets dorés de cette goutte d’eau sont un signe qu’elle est devenue… métallique?! Explications. On sait que la plupart des matériaux isolants peuvent devenir conducteurs lorsqu’ils sont soumis à de fortes pressions. Dans ces conditions, les atomes et les molécules sont comprimés à un point tel que leurs électrons deviennent libres de circuler dans le matériau et donc de conduire un courant électrique, comme dans un métal. Il en serait ainsi de l’hydrogène dans les profondeurs des planètes géantes Jupiter et Saturne, et de l’eau dans les couches internes de Neptune et Uranus. Pourtant, l’eau pure est un très mauvais conducteur. Dans la vie quotidienne, c’est la présence d’ions dans l’eau qui la rend conductrice. Pour transformer de l’eau pure en métal, il faudrait exercer une pression de 15 millions de bars (1 bar correspond environ à la pression de l’atmosphère terrestre). Philip Mason, de l’Académie des sciences tchèque, à Prague, et ses collègues ont trouvé une autre solution pour réaliser cette transformation… voir la suite sur Pour la Science

De nouvelles études bouleversent les connaissances des scientifiques sur le cœlacanthe

Si le cœlacanthe peut atteindre un très grand âge, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle : les espèces au cycle de vie très long et lent sont plus sensibles aux perturbations naturelles et à l’action des humains du fait d’un taux de remplacement très faible.voir la suite ici