Meetings

Thématique «Rencontres»

Toute identité sociale procède de rencontres avec l’Autre:à toute époque et en tous lieux, l’Homme s’est construit à travers des rencontres. Qu’elles soient individuelles ou collectives, ces rencontres bouleversent le statu quo et remettent en question l’ordre établi. Ainsi le monde anglophone s’est-il bâti sur des séries de rencontres ?recherchées ou subies ?entre peuples, entre langues, entre cultures, dans un contexte propre à un environnement social, géographique, politique ou économique, dans une culture qui forge l’identité et la spécificité d’une civilisation protéiforme (une réalité amenée à évoluer au cours des âges, sous l’influence de groupes plus ou moins influents socialement et politiquement). Trois axes d’étude pourront être envisagés pour aborder la thématique.

Axe d’étude 1: L’amour et l’amitié

Cet axe aborde ce qui relie deux êtres (meeting; bonding)avec,en écho,le pendant plus sombre de l’absence et de la solitude (loneliness). Il explore comment l’amour et l’amitié engendrent joies et bonheur, ainsi qu’une capacité à se surpasser pour l’autre, mais aussi comment ils peuvent devenir source de conflit voire de souffrance, à travers la rupture, la perte ou la mort. Les supports d’étude abondent. On peut ainsi prendre pour exemples des pièces ou des poèmes classiques (Much Ado about Nothing; She Walks in Beauty; Annabel Lee, etc.), mais aussi des chansons ou des comédies musicales d’un abord plus aisé (Don’t Think Twice It’s All Right; La La Land, etc.) ou encore des romans tels que ceux de Jane Austen ou de Laurie Colwin. Cet axe pourra aussi envisager l’individualisme urbain ou les enjeux des réseaux sociaux par exemple.

Axe d’étude 2: Relation entre l’individu et le groupe

Cet axe explore comment cette rencontre, qu’elle soit réussie ou qu’elle mène au contraire à un sentiment de rejet, d’acculturation, de marginalisation ou de solitude, offre souvent aux artistes et écrivains l’occasion d’en souligner toute la complexité (encountering; contrasting). Si la littérature a souvent traité ce thème, aussi bien par le roman (John Steinbeck, George Orwell) que par le théâtre (William Shakespeare, Tennessee Williams) ou par la poésie (Walt Whitman, Robert Frost), on trouve aussi de belles pistes d’analyse chez différents artistes du monde anglophone:tableaux d’Edward Hopper, photographies de Martin Parr, montages vidéo de Bill Viola, romans graphiques de Chris Ware, etc. On étudie en outre l’écart à la norme que fait apparaître la rencontre. Ce thème a été exploité avec talent par de nombreux auteurs et artistes, des romanciers Daniel Defoe, Kate Chopin, E. M. Forster à la chorégraphe Anna Halprin ou encore au sculpteur William McElcheran.Au niveau sociopolitique, il pourra également être question de différenciation des groupes, qu’ils affirment leur solidarité avec la population locale comme les mineurs, ou leur différence comme dans les combats contre la discrimination, l’injustice ou la pauvreté. Les exemples sont nombreux dans le monde anglophone.

Axe d’étude 3: La confrontation à la différence

Cet axe explore l’idée selon laquelle la rencontre avec l’Autre oblige à un décentrage, à une confrontation à la différence (confronting; opposing), à une interrogation de ses propres valeurs culturelles, qu’elles soient générationnelles (on pense aux films Breakfast Club, Dead Poets Societyou à la série télévisée Mad Men), sociales (l’opposition de classes dans Downton Abbeypar exemple), sportives (le film Invictus, le poème «Casey at the Bat»), philosophiques, éthiques (The Old Man and the Sea, Jonathan Livingston Seagull), etc. Cela peut entraîner des effets d’enrichissement mutuel mais aussi de tension, ce qui implique un travail de mise en contexte. Par exemple, des auteurs comme William Golding (Lord of the Flies) ou Harper Lee (To Kill a Mockingbird) offrent une vision de l’altérité qui remet en question l’ordre social et qui est violemment combattue. De même, la rencontre avec les fresques murales en Irlande du Nord, œuvres de deux communautés qui s’opposent, force le passant à un questionnement. Le poème «Mandalay»de Rudyard Kipling offre également un point d’accès intéressant à la vision coloniale de la société britannique du XIXe siècle, dont certains échos peuvent encore être vivaces deux cents ans plus tard.On pourrait enfin évoquer les statues, les monuments ou les lieux de mémoire pour commémorer certains événements ou personnes, se transformant en sources de conflits ou en vecteurs de la réconciliation nationale.

Axes d’étude Littérature Peintures, gravures ; films, séries télé ; chansons, etc.
L’amour et l’amitié 
ADAMS R., Watership Down, 1972.
ANDERSON S., Winesburg, Ohio, 1919.
AUSTEN J., Pride and Prejudice, 1813.
AUDEN W. H., “Funeral Blues”, 1938 (1936).
BRILEY J., Cry Freedom, 1987.
BRONTE C., Jane Eyre, 1847.
BYRON, “She Walks in Beauty”, Hebrew Melodies, 1815.
CARVER R., “Preservation”, Cathedral, 1983.
CHOPIN K., “The Story of an Hour”, 1894.
GASKELL E., North and South, 1855.
HARTLEY L. P., The Go-Between, 1953.
HARDY T., “Lament”, Satires of Circumstance, 1914.
ISHIGURO K., The Remains of the Day, 1989.
JOYCE J., “Eveline”, Dubliners, 1904.
LINGARD J., Kevin and Sadie Stories, 1970-1976.
McCULLERS C., The Heart is a Lonely Hunter, 1940.
MURDOCH I., The Sandcastle, 1957.
POE E. A., “Annabel Lee”, 1849.
ROSSETTI C., “I Loved You First”, A Pageant and Other Poems, 1881.
SHAKESPEARE W., Romeo and Juliet (1597); Much Ado about Nothing (1598); Othello (1602- 1603); Sonnets 18, 116, 147 (1609).
STEINBECK J., Of Mice and Men, 1937.
WHITMAN W., “O Captain! My Captain!”, Leaves of Grass, 1867.
WILLIAMS T., A Streetcar Named Desire (1947); A Cat on a Hot Tin Roof (1955).
WOOLF V., To the Lighthouse, 1927.
ALLEN W., Everybody Says I Love You, 1996.
ANDERSON W., Moonrise Kingdom, 2012.
BATRA R., The Lunchbox, 2013.
BRANNAGH K. Much Ado about Nothing, 1993.
CAMPION J., The Piano Lesson, 1993.
CHAZELLE D., La La Land, 2016.
DYLAN B., “You’re Gonna Make Me Lonesome When You Go”, Blood on the Tracks, 1975.
GAINSBOROUGH T., “Mr. and Mrs. Andrews” (1750); “Mr. and Mrs. William Hallett” (“The Morning Walk”) (1785).
HOCKNEY D., “Mr. and Mrs. Clark and Percy”, 1971.
HOPPER E., “Room in New York”, 1932.
KAZAN E., A Streetcar Named Desire, 1951.
LOSEY J., The Go-Between, 1971.
LUHRMANN B., Romeo and Juliet, 1996.
SINISE G., Of Mice and Men, 1992.
THE BEATLES, “When I’m Sixty-Four”, Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, 1967.
WELLES O., Othello, 1951. Welsh love spoons.
WISE R., West Side Story, 1961.
WOOD G., “American Gothic”, 1930.
WRIGHT J., Pride and Prejudice, 2005.
Relations entre l’individu et le groupe
ADAMS R., Watership Down, 1972.
ANDERSON S., Winesburg, Ohio, 1919.
AUSTEN J., Pride and Prejudice, 1813.
BROWNING R., Men and Women, 1855.
CHOPIN K., The Awakening, 1899.
FITZGERALD F. S., The Great Gatsby, 1925.
FROST R., “Two Tramps at Mud Time”, 1934.
GOLDING W., Lord of the Flies, 1954.
SHAKESPEARE W., Romeo and Juliet, 1597.
THAYER E. L., “Casey at the Bat”, 1888.
WHITMAN W., “Song of Myself”, 1855.
WILDE O., The Importance of Being Earnest, 1895.
ALLEN W., Blue Jasmine, 2013.
CAPRA F., “It’s a wonderful life” (1946); “Meet John Doe (1941)”; “Mr. Smith goes to Washington” (1939).
FRANK R., photos (The Americans, 1958).
HOPPER E., “Eleven A.M.” (1926); “Automat” (1927); “Nighthawks” (1942).
LOWRY L. S., paintings (1st half 20th century)
LUHRMANN B., Romeo and Juliet, 1996.
PARR M., photos.
ROCKWELL N., Four Freedoms, 1943.
VIOLA B., art videos.
WARE C., Jimmy Corrigan, 2000.
WISE R., West Side Story, 1961.
WOOD G., “Daughters of Revolution”, 1932.
La confrontation

à la différence

AUSTEN J., Pride and Prejudice (1813); Emma (1815).
BAKER R., Growing Up, 1982.
BRAINE J., Room at the Top, 1957.
BRINK A., A Dry White Season, 1979.
BROWNING R., “Andrea del Sarto, Fra Lippo Lippi”, Men and Women, 1855.
CHOPIN K., “Desiree’s Baby”, 1893.
DEFOE D., Robinson Crusoe, 1719.
FORSTER E. M., A Room with a View, 1908; A Passage to India, 1924.
GAINES E. J., A Lesson Before Dying, 1993.
GOLDING W., Lord of the Flies, 1954.
HADDON M., The Curious Incident of the Dog in the Night-Time, 2003.
HARTLEY L. P., The Go-Between, 1953.
HEMINGWAY E., The Old Man and the Sea, 1952.
JAMES H., The Europeans, 1878.
KIPLING R., “Mandalay”, Barrack-Room Ballads, and Other Verses, 1892.
LEVY A., Small Island, 2004.
LEE H., To Kill a Mockingbird, 1960.
LINGARD J., Kevin and Sadie Stories, 1970-1976.
STEINBECK J., Of Mice and Men, 1937.
WHARTON E., The Custom of the Country, 1913.
WILLIAMS T., A Streetcar Named Desire, 1947.
ZEPHANIAH B., poems.
ALEXANDER J., Small Island (TV series), 2009.
ASANTE, A., A United Kingdom, 2016.
ATTENBOROUGH R., Cry Freedom, 1987.
BROWNING T., Freaks, 1932.
CHADHA G., Bend it like Beckham, 2002.
CROWLEY J., Brooklyn, 2015.
CLAYTON J., Room at the Top, 1959.
FELLOWES J., Downton Abbey, 2010-2015.
HAYNES T., Carol, 2015.
IVORY J., A Room with a View, 1985.
JONES J., « American Justice », 1933.
KAZAN E., A Streetcar Named Desire, 1951.
LEAN D., A Passage to India, 1984.
LOSEY J., The Go-Between, 1971.
McELCHERAN W., sculptures
MITCHELL J., Another Country, 1984.
ROCKWELL N., “The Problem We All Live With” (1964); “New Kids in the Neighborhood” (1967).
VAN SANT G., Milk, 2008.
WARCHUS M., Pride, 2014.
WEINER M., Mad men, 2007-2015.
WEIR P., Dead Poets Society, 1989.
WRIGHT J., Pride and Prejudice, 2005