Chimie: découverte des éléments de numéros atomiques 113, 115, 117 et 118

La découverte des éléments de numéros atomiques 113, 115, 117 et 118 a été confirmée par l’Union Internationale de Chimie Pure et Appliquée (UIPAC).

Ils se nomment temporairement   « ununtrium », « ununpentium », « ununseptium » et « ununoctium ». Ce sont les nouveaux arrivés de la 7e ligne  de la table de Mendeleïev (classement de  tous les éléments chimiques connus, ordonnés par numéro atomique croissant, c’est-à-dire selon la taille de leur noyau.) .

Cette classification , imaginée par le chimiste Dimitri Mendeleïev en 1869, permet de cerner les propriétés d’un élément, naturel ou non en examinant la place qu’il occupe dans la table.

Allez sur le site de la cité des sciences pour découvrir les éléments de cette classification ( sans les quatre éléments nouveaux).

Pour comprendre mieux cette classification, aller sur le WEBDOC ci-dessous.

csm_AtomeHotel_cd477ce7b5

Voici un article Eduscol  traitant le sujet /Brève mise en forme par Claire VILAIN (professeur agrégée responsable du site ENS-DGESCO CultureSciences-Chimie):

<< Ces éléments viennent compléter la 7ème ligne du tableau périodique, qui est maintenant remplie. Ces éléments dont le numéro atomique est supérieur à 110 sont qualifiés d’éléments « super-lourds ».

Les modèles de la physique nucléaire prévoient l’existence d’éléments ayant plus de 110 protons, parmi lesquels certains seraient particulièrement stables. Ces prédictions ont donné lieu, depuis une quinzaine d’années, à une intense course à l’identification de ces nouveaux éléments.

L’élément Z = 113 a été découvert par l’équipe japonaise de Kosuke Morita du RIKEN Nishina Center for Accelerator-based Science. Les éléments Z = 115 et Z  = 117 ont été découverts conjointement par l’Institut de Recherches Nucléaires de Dubna (Russie) et deux laboratoires américains: le Lawrence Livermore National Laboratory (Californie) et l’Oak Ridge National Laboratory (Tenessee). L’élément Z = 118 a été découvert conjointement par l’Institut de Recherches Nucléaires de Dubna (Russie) et le Lawrence Livermore National Laboratory (Californie).

Ces découvertes sont le fruit d’un travail de longue haleine, nécessitant plusieurs mises en évidence de chacun de ces éléments. On peut noter également que certaines résultent d’une collaboration internationale.

Ces « éléments superlourds » ne se trouvent pas dans la nature, ils sont créés artificiellement dans des accélérateurs de particules via la fusion de noyaux d’atomes plus petits.

L’élément Z = 115 a par exemple été obtenu par fusion d’un atome de calcium 48 et d’un atome d’américium 243, tandis que l’élément Z = 113 est issu de la fusion entre un atome de zinc 70 et un atome de bismuth 209. L’élément Z = 117 résulte de la fusion entre un atome de berkelium 249 et un ion calcium.

La vidéo ci-dessous (en anglais), conçue par le Lawrence Livermore National Laboratory, explique la formation de l’élément Z = 117.

Image de prévisualisation YouTube

Ces nouveaux éléments ont des durées de vie très courtes (moins d’une fraction de seconde).

Des noms et symboles temporaires ont été attribués à ces éléments:

  • unutrium (Uut): Z = 113
  • ununpentium (Uup) :  Z = 115
  • ununseptium (Uus) : Z = 117
  • ununoctium (Uuo): Z = 118

Il revient maintenant aux équipes ayant découvert ces éléments de choisir leurs noms et symboles définitifs.

Leurs propositions devront s’inspirer des propriétés de ces éléments ou faire référence à un pays, un scientifique ou un mythe et seront soumises à l’approbation du public pendant quelques mois; la validation finale reviendra à l’UIPAC, chargée de vérifier leur pertinence et la possibilité de les traduire dans un grand nombre de langues. L’élément Z = 113 ayant été le premier élément découvert sur le continent asiatique, par une équipe japonaise, il pourrait bien s’appeler « japonium ».

Ces découvertes ouvrent la voie à la recherche d’éléments encore plus lourds, qui constitueraient la 8ème ligne du tableau périodique, dont certains formeraient l’ ilot de stabilité prévu par les théories nucléaires depuis de nombreuses années.>>

Sources:

2011, l’année internationale de la chimie

Fin  2008, l’ONU a proclamé 2011 Année internationale de la chimie (http://www.chimie2011.fr/).

Notons que 2011 est  également  le 100e anniversaire du prix Nobel de chimie décerné à Maria Sklodowska Curie (elle obtient en 1911 le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium )

Marie Curie

source: http://www.mlahanas.de/Physics/Bios/MarieCurie.html

Albert Einstein et Marie Curie

source: http://www.bshr.org.uk/page7.html

2011,c’est une superbe occasion de rappeler le rôle des femmes dans les sciences.

Image de prévisualisation YouTube

La chimie intervient  partout : Santé,carburants  alimentation, pollution…elle y joue un rôle déterminant.

Elle est, sans aucun doute, la science la plus interdisciplinaire.

Le siège de la Fédération Africaine des Associations de Chimie (FASC), en Éthiopie a présenté cette résolution :

« La chimie est essentielle à notre compréhension du monde et du cosmos. De plus, les transformations moléculaires sont au cœur de la production de nourriture, de médicaments, de carburant, et d’innombrables produits manufacturés et d’extraction. Tout au long de l’année internationale de la chimie, le monde entier célèbrera cette science et ses apports essentiels à la connaissance, à la protection de l’environnement et au développement économique ».

L’UNESCO( http://www.unesco.org/new/fr/natural-sciences/science-technology/basic-and-engineering-sciences/international-year-of-chemistry/ ) et IUPAC (Union Internationale de Chimie Pure et Appliquée ) sont responsables de l’organisation de cet évènement mondial.