Obligation/Contrainte

La contrainte nous force sans nous laisser le choix. Elle prend la forme d’une nécessité physique à laquelle je n’ai pas le pouvoir d’opposer un refus. La loi de la pesanteur ne  » m’oblige pas à tomber  » si je chute, elle me contraint.

L’obligation
 au contraire repose sur le choix, même si en apparence on se sent aussi au cœur d’une contrainte (c’est donc un paradoxe, pas une contradiction – voir la distinction conceptuelle à ce sujet). Dans l’obligation, je suis à la fois législateur et sujet parce que j’y adhère librement et même s’il peut me sembler parfois être systématiquement sujet de mes obligations (obligations scolaires, obligations familiales, obligations morales…), il n’empêche que jamais elles ne me contraignent parce que je pourrais très bien m’y soustraire malgré les risques que je prends.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *