Pourquoi parle-t-on de morale pour l’homme ? (conditions)

Que faut-il supposer en l’homme pour pouvoir parler de moralité ?

Etre moral/immoral, Agir moralement/immoralement se dit de l’homme. Est-ce une caractéristique propre de l’homme ? Et si oui pourquoi ?

Un animal est-il immoral ? ou vertueux ?

Ce qui tout d’abord nous incline à supposer un « sens moral » en l’homme, c’est sa (bonne ou mauvaise) conscience, siège des remords, regrets, doutes, dilemme. Cette conscience est désignée par Kant comme un tribunal intérieur.

Cette conscience est-elle le simple fruit d’une éducation ou le résultat d’une libre réflexion ?

Ceci nous amène à une deuxième condition pour parler de moralité : la liberté.

Peut-on reprocher quelque chose à quelqu’un qui était déterminé à l’être ou à le faire ? Peut-on taxer d’immoralité un comportement qui relève de l’instinct ? (lionne/gazelle; maladie psychique)

Une action morale est donc le fruit d’une libre volonté d’un être conscient. C’est ce qui distingue lobligation de la contrainte.

L’obligation est un devoir qui je m’impose librement car je peux y désobéir. La contrainte s’exerce sur moi contre ma volonté. On ne peut désobéir à un instinct, à une loi de la nature (je ne peux choisir de ne pas chuter si je saute par la fenêtre).

Enfin, si seul un être libre peut agir moralement, c’est parce qu’il a la possibilité d’agir aussi immoralement. Ce n’est pas seulement un être dont la volonté est guidée par la raison mais aussi un être sensible, désirant guidé par son imagination. Comme dit Descartes, il est capable de suivre le pire tout en connaissant le meilleur. Cette double nature de l’homme fait de lui un sujet, siège de remise en question, de doute, de dilemme et cas de conscience.

L’homme semble occuper un milieu entre deux extrêmes : soit un être guidé par son instinct (animal) soit déterminé rationnellement à faire le bien (le concept d’ange). Ce milieu est la condition pour qu’une liberté existe : avoir le choix de faire ou ne pas faire, condition pour que le mérite, le tort, la responsabilité, la culpabilité existent.

One thought on “Pourquoi parle-t-on de morale pour l’homme ? (conditions)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *