Espace

« La notion d’espace est en première approximation liée à la vie qui s’y déroule : mouvements d’êtres ou d’objets entre des points fixes. Le cheval quitte l’abreuvoir ou y retourne. Pour l’homme toute connaissance consiste de prime abord, dans le commerce avec ses semblables, à déterminer et à décrire des correspondances de lieux. Les hommes font et ont fait spontanément de la géométrie de situation, et très souvent de la géométrie métrique.

Divers objets occupent ou n’occupent pas certaines places : voici née la notion d’espace. Trancher sans rien perdre, inciser d’un endroit à un autre : voici la notion de ligne. Le chemin le plus court dans la marche fatigante : voici la droite, élément essentiel de la construction géométrique. Remplir, paver, natter, tisser, modeler, orner, activités qui impliquent toutes des intuitions géométriques de corps, surfaces, partitions et équipartitions. Réaliser le même objet en petit ou en grand, que ce soit un modelage, un outil ou un dessin, voici l’échelle réduite ou agrandie, le semblable différencié de l’identique. L’espace, à l’échelle humaine, se définit peu à peu par les travaux et les peines. »

© Albert Flocon et René Taton (1963) : La perspective. Chapitre II Histoire de la perspective artistique – I L’espace primitif. PUF, coll. Que sais-je ?

voir aussi le documentaire Exil ’33, Paris ’82

Crocodile

Au moment de son arrestation par la Gestapo à Paris, Germaine Tillion se souvient d’un conte :

« Une petite histoire m’est revenue en tête. Deux Africains sont assis au bord du Niger. Ils n’osent pas traverser à cause des crocodiles. L’un dit : “Ne t’en fais pas. Dieu est bon.” L’autre répond : “Et si Dieu est bon pour le crocodile ?” Ça a achevé de me structurer, car j’ai pensé : aujourd’hui, Dieu a été bon pour le crocodile. »

À la recherche du vrai et du juste : À propos rompus avec le siècle, textes réunis et présentés par Tzvetan Todorov, Paris, Seuil, 2001

Elle raconte aussi cette histoire dans La traversée du mal.