International Women’s Day conference

Michel Kirch, notre ambassadeur interculturel, expose à l’UNESCO

Ambassadeur Interculturel du Club UNESCO Sorbonne, Michel Kirch expose à l’UNESCO:

Sur invitation de la Présidence de la République française, l’exposition « Transitions » de Michel Kirch se déroulant à l’UNESCO, a été déplacée dans la salle de réception où a eu lieu la remise du prix Houphouët Boigny en présence de
Monsieur le Président de la République et d’une délégation de dix chefs d’Etat.

L’UNESCO a par ailleurs sollicité la prolongation
de l’exposition « Transitions »… de huit jours supplémentaires.
Les personnes qui n’ont pu se rendre à l’exposition pourront y être conviés sur simple demande.

Exposition prolongée jusqu’au mercredi 12 juin 2013
Ouverte les samedi 8 et dimanche 9 juin
UNESCO, 7 Place de Fontenoy, 75015 Paris

Réservation obligatoire

http://www.michelkirch.com/2009/

UNESCO Club Sorbonne celebrated World Teachers’ Day 2012

 

UNESCO Club Sorbonne celebrated World Teachers’ Day 2012 at UNESCO Headquarters on 3/10/2012

UNESCO is celebrating World Teachers’ Day along with its partners every year.

 

 

« On this day, we call for teachers to receive supportive environments, adequate quality training as well as ‘safeguards’ for teachers’ rights and responsibilities…

We expect a lot from teachers – they, in turn, are right to expect as much from us. This World Teachers’ Day is an opportunity for all to take a stand. »

Irina Bokova, UNESCO Director-General

 

Célébration de la Journée de l’Enfant Africain à l’UNESCO


Célébration de la Journée de l’Enfant Africain à l’UNESCO

 

Le 15 juin 2012, le Club UNESCO Sorbonne a participé à la Célébration de la Journée de l’Enfant Africain au siège de l’UNESCO. La Fédération Française des Clubs UNESCO (FFCU) et l’association – Club UNESCO Congo Action (œuvrant pour le développement de l’éducation et de la formation des jeunes en RDC) qui ont accueilli pour cette journée les élèves des établissements parisiens.

L’objectif de cette journée était de sensibiliser les élèves  aux actions de solidarité internationale à travers l’éducation, la santé et le partage des  ressources naturelles.

La matinée s’est ouverte par une présentation de Mme Florence Migeon, du département « Education de base »  à l’UNESCO. Ensuite, les élèves ont pris part aux différentes activités.

Activités animées par Congo Action et Starting-Block : jeu de rôle au cours duquel tous les élèves deviennent les habitants d’un village d’Afrique.Ils adoptent des prénoms et des tenues africaines et sont reçus par les anciens du village qui leur expliquent les problèmes que rencontre la communauté concernant l’éducation, la santé, l‘alimentation et le respect des traditions.  A la fin du parcours, les jeunes du village doivent s’engager pour une des causes présentées.

Activités animées par l’association E-graine :  « Le goutte à goutte » : ce jeu contribue à une meilleure compréhension des enjeux de  l’eau au niveau international. L’animation a permis aux  élèves d’ une part d’étudier les étapes de  la construction d’un puits en Haïti mais aussi d’appréhender  les questions sur la  répartition de la consommation d’eau au sein d’une habitation en France.

Au cours de  l’après-midi, les élèves du collège Max Dormoy nous ont présenté le projet de micro-entreprise qu’ils ont réalisé cette année avec leur professeur d’histoire géographie sous forme d’un conseil d’administration où chacun a joué son rôle, du PDG au responsable de la communication.

Cette  journée restera mémorable pour tous. Elle a permis aux élèves,  impressionnés par le prestige des  locaux, de comprendre toute  l’étendue de  la mission de  l’UNESCO et  l’utilité de son engagement.

Artiste plasticienne et dessinatrice Christine Hallo a considérablement contribué au programme créant un tableau de support de jeu et aidant tout au long  de la journée.

 

Club UNESCO Sorbonne rencontre Christine Hallo

Célébration de la Journée de l’Enfant Africain

* * *

* * *

Lors de la Célébration de la Journée de l’Enfant Africain 2012 au siège de l’UNESCO,

le Club UNESCO Sorbonne a rencontré Christine Hallo, une artiste d’exception.

 * * *

 

« J’aime porter mon regard d’artiste voyageuse sur les femmes africaines de Belleville, qui marchent lentement avec leur bébé dans le dos, comme si elles avaient encore sous leurs pieds un peu de terre rouge de là bas.

Me laisser émerveiller, transporter en Afrique par les tenues de reines de ces mères, basins riches, wax et voiles colorés, par la beauté unique de ces pagnes brodés main qui  enserrent bébé, nacelles sûres, écrins de couleurs, et par l’abandon paisible de ces enfants, bercés par le pas de leur mère dans le brouhaha de la rue. »

 

 

 « Je dessine principalement de mémoire, et si j’accorde toute mon attention à restituer au plus près les motifs des pagnes, ainsi qu’à noter scrupuleusement la date et le lieu  de chaque « rencontre », pour ce qui concerne la représentation de ces mamans et de ces bébés, ce qui m’importe est de témoigner de l’émotion d’un moment de vie à travers une image archétypale, ou aucun visage n’est reconnaissable.

Parfois, cependant,  quand les tissus sont trop complexes pour être mémorisés, ou simplement trop beaux, je ne résiste pas à la tentation de prendre une photo très gros plan sur le motif qui me fascine.  C’est aussi l’occasion pour glaner par la suite des informations sur les origines de tel et tel motif, et sur les techniques d’ornements des pagnes de bébé :

Broderies, crochet, mais aussi, plus rares dans les rues de Paris, les teintures  sur basin, créées par réserves : nouées, ou cousues et pliées, ou encore brodées* ( * les « aiguilles sarakolé » ou soninké,  demandant plusieurs semaines de travail , car après la teinture il faut  retirer tous les fils de la broderie). Autant les pagnes brodés, ou ornés d’applications au crochet sont souvent l’ouvrage de la maman elle même ou de femmes de la famille, qui les offrent à la jeune mariée pour son trousseau, ou pour la naissance de son 1er bébé*, autant les pagnes teints par réserves sont  réalisés par des professionnel(le)s. »

*Dans la tradition de l’Afrique de l’Ouest. Une grande partie des femmes africaines que je croise dans Paris, attachées encore aux tenues et pagnes traditionnels,  vient du Mali, du Niger, du Sénégal…

 Christine Hallo    Mai 2012

 

 

World Press Freedom Day 2012 at UNESCO Headquarters

World Press Freedom Day 2012

 

Since 1993, when the United Nations General Assembly established the World Press Freedom Day celebrating the fundamental principles of press freedom, evaluating press freedom around the world, defending the media from attacks on their independence and to paying tribute to journalists who have lost their lives in the exercise of their profession, it is celebrated annually on May 3rd, the date on which the Windhoek Declaration was adopted.

UNESCO, which coordinates activities each year on May 3rd, had organized, this year, with the French Federation of UNESCO Clubs (FFCU) at the UNESCO Headquarters an important Press Freedom Forum confirming freedom of the press as a bridge of understanding and knowledge, and confirming that the dialogue and the exchange of ideas between high level journalists, experts, and civil society is essential.

Aleksandar Protic (Sorbonne, Harvard, Oxford, Cambridge Allumni), president of UNESCO Club at Sorbonne University, organised the event, mandated by the president of French Federation of Clubs, Associations and Centers for UNESCO, Yves Lopez.

High level journalists and experts participated and greatly contributed to Forum :

– Jean Chrisophe Buisson (Culture chief editor at Figaro Magazine)

– Julija Vidovic (RFI journalist, now UNESCO officer)

– Ana Dumitrescu (UNESCO Culture specialist and head of international UNESCO clubs projects)

– Ruxandra Boros (World Bank consultant and Professor in French School of government ENA)

– Boris Petrovic (web-journalist and essay writer).

The event was inaugurate be the press freedom related speech of President of FFCU Yves Lopez, and its vice-President Claude Vielix. The session was directed by Aleksandar Protic.

Most active french university UNESCO Clubs : from Sorbonne University and Sciences Po UPMC greatly contributed to Forum, participating in the event and encouraging and developing initiatives in favor of the freedom of the press.

Students from both universities UNESCO clubs participated in many ways : President of Science Po- UPMC UNESCO Club, Lara Kaute, as well as club’s representative speaker Benedicte Niel had the opportunity to address the Forum and present the work of their club reflection encouraging constructive debate among journalistes and professionals on the issues of press freedom.

UNESCO Club Sorbonne was first represented by the speech of Leandre Lucas regarding the impact and importance of press. His reflection was fallowed by the discourse of Julia Houas Medvedova concerning press : information, manipulation and disinformation. Representatives of UNESCO permanent delegations, UNESCO officers, and civil society members attended the Press Freedom Forum as well.

At this occasion, both Ana Dumitrescu (UNESCO Cultural Sector, previously Director General Office) and Jean Christophe Buisson (Chief Editor for Culture at Figaro Magazine) received the title of Cross-Cultural Ambassadors. Cross-Cultural Ambassadors are recognized by UNESCO Club Sorbonne for having made, a significant contribution to the promotion of cross-cultural understanding, promotion of peace, diversity, compassion, and environmental harmony, achieved through cooperative and non-violent means.

 

Daniela Iancu, Federal counselor FFCU

 

 

IVAN BOZINOSKI EXPO UNESCO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’UNESCO et ses partenaires ont célébré

 La Journée internationale contre le racisme

et toute forme de discrimination

du 21-23 mars 2012 au Palais de l’UNESCO.

 

A cette occasion la Fédération Française des Clubs UNESCO

a invité les ambassadeurs,

les représentants de l’UNESCO,

les clubs UNESCO,

ainsi que les acteurs importants

de la société civile ad hoc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plateforme de Haut Niveau a été accompagnée

 d’un symbole fort

qui illustrait la lutte contre la discrimination :

le photographe serbe IVAN BOZINOSKI

a exposé ses photos portant sur les enfants

des habitations provisoires « Romville ».

IVAN BOZINOSKI a rejoint l’assemblé  

afin de présenter ses travaux.

Toute au long de l’événement,

les intervenants et les participants ont eu l’occasion

d’observer et apprécier les photos

de photographe serbe fort talentueux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suite à ses engagements importants et fondamentaux, puis,

suite à la conférence et exposition qu’ IVAN BOZINOSKI

a présenté à l’Université de Paris Sorbonne

le 26 mars 2012,

le Club UNESCO Sorbonne l’a nommé :

membre du Club à titre honorifique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club UNESCO Sorbonne saisit cette occasion pour rappeler

l’Article premier de

La Déclaration universelle des droits de l’homme :

 

« Tous les êtres humains naissent

libres et égaux en dignité et en droits.

 Ils sont doués de raison et de conscience

et doivent agir les uns envers les autres

dans un esprit de fraternité. »

 

 

 

Ivan Bozinoski photos in UNESCO Headquarters at High Level Meeting

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le photographe serbe Ivan Bozinoski a exposé au siège de l’UNESCO, lors des Journées internationales contre la discrimination (21-23 mars 2012), une série de photos en noir et blanc « Les enfants de Romville » ou « Deca Romvila » en serbe.  Les clichés du photographe talentueux photographe ont servi de décor aux Conférences de Haut Niveau contre la Discrimination, en présence des ambassadeurs, des représentants de l’UNESCO, de la Fédération Française des Clubs UNESCO, des ONG et associations militant contre la discrimination. Pour remercier le photographe de son soutien au mouvement des Clubs UNESCO, et qui plus est encourager sa lutte noble contre la discrimination raciale, le Club UNESCO Sorbonne a nommé Ivan Bozinoski membre d’honneur de Club. Cette nomination est d’autant plus symbolique que le photographe serbe est également l’invité de la direction des études interculturelles (CIMER) à l’Université de Paris Sorbonne afin de donner une conférence et exposer ses photos.

 

 

 

 

Evrard-Florentin (UNESCUBE),  Ivan Bozinoski,  Rima Kharatyan (UNESCO Secteur Culture),  Yves Lopez (Président de la FFCU)

 

 

 

 

 

Le Club UNESCO Sorbonne suit les lignes directrice proposées par l’ONU au sujet de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale et invite toute personne à se joindre à cette philosophie de paix :

 

« Le thème de l’année 2012, « Le racisme et les conflits », nous rappelle que le racisme et la discrimination sont souvent à l’origine de conflits meurtriers.

 

Le thème a été choisi pour souligner la relation souvent ignorée entre le racisme et les conflits, qui se renforcent mutuellement. Dans de nombreuses régions du monde, le racisme, les préjugés et la xénophobie  créent des tensions extrêmes et sont utilisés comme des armes puissantes pour engendrer la peur ou la haine en temps de conflit. Les préjugés et la xénophobie peuvent même conduire au génocide, à des crimes contre l’humanité, au nettoyage ethnique et aux crimes de guerre.

 

Le thème de cette année vise à sensibiliser le public sur ces questions et à rappeler le sort des victimes qui ont souffert ou continuent de souffrir en raison de conflits liés au racisme.

 

L’article 1 de la Déclaration universelle des droits de l’homme  affirme que tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.  La Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale nous rappelle que nous avons la responsabilité collective de promouvoir et de protéger cet idéal.  Il nous faut ensemble redoubler d’efforts pour mettre un terme à la discrimination raciale et à la xénophobie, où qu’elles se présentent. »

 

http://www.un.org/fr/events/racialdiscriminationday/

 

High level meeting on Sustainable Developement

UNESCO Club Sorbonne had the honor and a pleasure to participate in

  

 

Oceans at the United Nations Conference on Sustainable Development (Rio+20) 

 Building ocean and coastal sustainability and greening the Blue Economy

 

meeting held in UNESCO Headquarters in Paris on 1st November 2011 during the 36th UNESCO General Conference.

 

As the year 2012 will be the year of the United Nations Conference on Sustainable Development, this Side event was first organized in order to inform Member States and meeting participants on the objectives and issues that will be negotiated at Rio+20 conference, from an ocean perspective.

 Secondly, meeting brought attention on initiatives taken by UNESCO/IOC, and other UN agencies (UNDP, IMO, FAO) to underline the role of oceans in sustainable development, including in the formulation of key proposals that could be agreed by Member States at Rio. Finally, a forum for Member States to present their perspectives on key ocean issues and national preparation for Rio+20, had been provided.

Approximately 60 persons were present at the side event, which was opened by Ms Irina Bokova, UNESCO Director-General. Introduction by Executive Secretary of   Intergovernmental Oceanographic Commission presented the Rio+20 process and the UN Document ‘Blueprint for ocean and coastal sustainability’.

Several Member States Representatives elocution followed as well as those of representatives of UN Agencies, Funds and Programs. The side event ended by an interactive and constructive discussion.

 

Université de la Terre ou la réconciliation entre l’écologie et l’économie

Les membres du Club UNESCO Sorbonne avaient participé à l’Université de la Terre le 2 et le 3 avril 2011 à l’UNESCO. Inaugurée en 2005 à l’UNESCO, cette plateforme de réflexion exceptionnelle est conçue comme un carrefour de réflexion et de débats sur les grands thèmes de la société et de l’environnement. Ayant pour thème « Bâtir une nouvelle société » cette 4ème université d’excellence a réuni des leaders de la société contemporaine françaises : dirigeants d’entreprises, scientifiques,  économistes, politiques de haut niveau ainsi qu’hommes de religion pour partager leur savoir et débattre avec le public.

De nombreuses personnes de vocations différentes ont assisté aux 21 débats abordant la problématique de réconciliation entre le développement économique et équilibre écologique en s’interrogeant sur le rôle et la place de l’homme dans ce contexte. Comme la prise de conscience n’est pas toujours suivie par prise d’action, il était souligné comme urgent que l’on commence à réfléchir sur comment s’engager vraiment pour mieux respecter l’environnement. Comment consommer mieux, faire prévaloir la qualité à la quantité, comment devenir un acteur d’un changement positif et par conséquent donner un sens profond à notre existence ?

Le discours de Pierre Rabhi, agriculteur et philosophe, fait partie des réponses à cette interrogation qui ont particulièrement marquée le public à l’UNESCO lors de cette rencontre. En guise de conclusion, nous indiquons la démarche qu’il propose, consistant à prendre réellement conscience de la dimension belle, sacré et simple de la vie, de la savourer et d’en prendre soin.


Contrepoints : industries créatives – diversité culturelle

Club UNESCO Sorbonne, chargé de promotion de cette événement à l’Université de Paris-Sorbonne, invite les étudiants intéressés au siège de l’UNESCO

mardi 22 mars 2011, de 17h30 à 19h30

Salle II,  Maison de l’UNESCO,  7 place de Fontenoy, 75007 PARIS

Frédéric MARTEL
Ecrivain, sociologue et producteur de l’émission « Masse Critique » à France culture

Férid BOUGHÉDIR
Réalisateur et critique cinématographique

Sharmila ROY
Interprète, auteur-compositeur et professeur de musicologie à l’INALCO

Doudou DIENE
Ancien Directeur de la Division des projets interculturels de l’UNESCO

Débat avec la Salle

Avec la participation de : Francesco BANDARIN

(Entrée libre avec badge ou pièce d’identité)

Inscriptions : [email protected] ou  tél : 01 45 68 39 53

Contrepoints : Industries créatives, diversité culturelle

En confrontant différents points de vue sur le rapport des industries créatives à la diversité culturelle, cette rencontre ouvre à l’UNESCO la nouvelle série « Contrepoints » : un espace de réflexion et de débat proposant à des intellectuels, artistes, décideurs et formateurs d’opinion de s’exprimer régulièrement sur les questions d’actualité qui relèvent de la mission de l’Organisation et matière de culture et de patrimoine.
Auteur du remarqué Mainstream : enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde, le sociologue Frédéric MARTEL, producteur de l’émission « Masse Critique » à France culture, présentera les résultats de l’enquête qu’il a menée dans 30 pays sur une expansion planétaire qu’il décrit comme une véritable « guerre mondiale de la culture et des médias ».

Deux créateurs ayant à cet égard une expérience, une recherche et une réflexion personnelles témoigneront de leurs parcours dans les méandres de ce « Mainstream ». Férid BOUGHÉDIR, écrivain, critique cinématographique et réalisateur couronné de plusieurs récompenses est aussi professeur d’université à Tunis et l’auteur de publications et de documentaires sur les cinémas africain et arabe. Sharmila ROY, la voix que l’on entend dans les films de Satyajit Ray, Nacer Khemir et Peter Brook, enseigne la musicologie à l’INALCO. Conformément aux principes qu’elle a appris à Shantiniketan, l’université fondée par Rabindranath Tagore, son œuvre maintes fois primée cherche à dépasser les frontières entre la culture classique et la culture de masse.

Francesco BANDARIN, Sous Directeur-général du Secteur de la culture de l’UNESCO, participera aux discussions ouvertes au public et modérées par Georges POUSSIN, chef de la Section des industries créatives pour le développement. Doudou DIENE, co-auteur de Patrimoine culturel et créations contemporaines : Tradition orale et archives de la traite négrière (UNESCO, 2001), ancien Directeur de la Division des projets interculturels et de l’étude intégrale « Routes de la soie : routes du dialogue » tirera les conclusions de ce débat.

Concert à l’UNESCO

Anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme


Samedi 4 décembre 2010 au siège de  l’UNESCO, à Paris, la Fédération Française des Clubs UNESCO a célébré

L’anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

(en décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot).

Les activités de la Fédération témoignaient un fort engagement des jeunes, d’une part, pour la diversité culturelle et d’autre part, pour la biodiversité.

Le Club UNESCO Sorbonne a proposé un concert à cette occasion, interprété par deux jeunes femmes d’exception, maitre de violon et guitare :

Mlle Ana Pecic et  Mlle Danica Slavkovic


PROGRAMME :


Niccolo Paganini

Sonate pour violon et guitare N°3


Fritz Kreisler

Beau romarin


Astor Piazzolla

Libertango


Concert en Sorbonne

Lundi 22 février 2010, l’Université de Paris IV Sorbonne était le cadre d’un concert exceptionnel : les étudiants et professeurs ont assisté à une interprétation éblouissante des œuvres d’opéra classiques tels que Toréador (Carmen de Bizet) mais également des chants paraguayens tels que Alma Guarani ou Bravo Paraguay.

Le Club UNESCO Sorbonne a accueilli, avec un grand plaisir, Juan José Medina Rojas, jeune ambassadeur de l’UNESCO du Paraguay. Son intervention d’exception était saluée par de longs applaudissements sincères et enthousiastes.

Le parcours impressionnant du jeune Juan José était présenté par Danièle Seigneuric et Pascal Vasseur de la Fédération Française des Clubs UNESCO. À cette occasion, avant d’annoncer le jeune artiste, ils ont présenté les Clubs UNESCO ainsi que le travail de la Fédération aux étudiants et professeurs de la Sorbonne.

Nous remercions vivement nos chers invités et nous exprimons toute notre reconnaissance aux professeurs : Markéta Theinhardt et Cédric Pernette, grâce à qui ce concert a pu avoir lieu dans un des nouveaux amphithéâtres de Sorbonne.

Formation + Simulation ONU

Les membres du Club UNESCO Sorbonne ont participé à la formation :

«Promotion et utilisation des outils juridiques dans le cadre d’actions éducatives»


proposé par l’Ecole des Droits de l’Homme. Cette formation était excellemment organisé par M. Damien Compain le samedi 14 & dimanche 15 novembre 2009 à la Fédération française des Clubs UNESCO à Paris.

Présentation du programme

Celui-ci était établi sur deux journées. La première d’entre elles, le samedi 14 novembre 2009, constituait « le volet théorique » de la formation ; la seconde, le dimanche 15 novembre 2009, « le volet pratique ».

Le volet théorique était large afin que les participants puissent mener a posteriori des actions sur d’autres problèmes que ceux soulevés lors du volet pratique. Cela justifie notamment la présence de géopolitique, tout particulièrement le premier point : « Conflits et crises contemporains ». Par la suite, lors de cette première journée, les participants se sont familiarisés avec les outils juridiques (qui sont substantiellement un moyen de répondre aux crises) afin de se préparer à un type d’action éducative : l’exercice de simulation ONU, dont ils étaient eux-mêmes acteurs le second jour.

L’exercice de simulation ONU était un moyen pour les participants de découvrir

comment il est possible sous la forme d’un « jeu de rôle » d’impliquer leurs élèves dans l’analyse d’un problème faisant appel à des connaissances juridiques. Par ailleurs, cet exercice a permis a tous les participants l’exercice de prise de parole en public ainsi que l’exercice de mise en situation lors des négociations difficiles.

Programme :

I   Samedi 14 novembre 2009 : « Des Hommes au milieu des crises »

– Géopolitique

  • Conflits et crises contemporains
  • Les impacts sur la coexistence de cultures

« Le Droit comme palliatif aux crises »

– Panorama des instruments juridiques internationaux

  • La Charte des Nations Unies
  • Les instruments juridiques relatifs aux droits de l’Homme

– Instruments internationaux

– Instruments régionaux

« Savoir et transmettre le Droit »

– Utilisation des instruments juridiques internationaux pour la mise en place d’actions éducatives

  • Appréhender la forme des instruments juridiques internationaux

– Repérer les articles essentiels

– Utiliser les textes, les confronter les uns aux autres

  • Comprendre le fond

– Conditions d’élaboration, d’adhésion et de ratification par les Etats

– Portée des dispositions (du contenu)

« La protection des cultures par le Droit »

– Application pratique des connaissances juridiques à un problème concret : la sauvegarde de la diversité culturelle

  • « Qu’est-ce que la diversité culturelle ? »
  • « Quelles sont les menaces? »

– Présentation et préparation de l’exercice de microsimulation

  • Objectifs de l’exercice et fonctionnement
  • Aspects organisationnels

II   Dimanche 15 novembre 2009  :

« La sauvegarde de la diversité culturelle et le respect de la dignité humaine »


Simulation ONU

Phase I

– Discours de la Présidence et rapport spécial

– Ouverture de la liste des orateurs

– Prononcé des discours par les délégations

– Négociations

– Reprises des discours

– Nouvelles négociations

– Rédactions d’avant projets (propositions)

Phase II

– Reprise des discours (présentation des propositions)

– Nouvelles et dernières phases de négociations

– Compilation des propositions

– Présentation des projets de résolutions

– Phase de vote

– Débriefing

– Questions

MUSÉE D’IDENTITÉ EUROPÉENNE

Le 15 octobre 2009, invité par Daniela Popescu (Présidente de la Fédération Roumaine des Clubs UNESCO) et Mme Ana Dumitrescu (Spécialiste du programmeDivision des objets culturels et du patrimoine immatériel à l’UNESCO ) le Club UNESCO Sorbonne a participé, à l’UNESCO, à la présentation du projet MÉTAMORPHOSES, en présence de plusieurs diplomates, chercheurs et artistes.

MÉTAMORPHOSES

Création par de jeunes gens d’un espace muséal qui mette en lumière l’identité européenne.

L’initiative de ce projet, en avril 2009, revient au club UNESCO Alumnus , membre de la Fédération roumaine des clubs, centres et associations UNESCO, et au secteur de la Culture à l’UNESCO, section des musées et objets culturels.


Le projet a pour objectif d’élaborer un concept innovant de musée dédié à l’identité européenne. Il fait partie de l’agenda 2009 des Fédérations Européenne et Mondiale des Clubs, Centres et Associations UNESCO.
Dans ce contexte, un premier atelier international intitulé Métamorphoses a été organisé à Sinaia (Roumanie) du 19 au 26 juillet 2009, avec la participation de 16 personnes, dont 11 jeunes gens issus de sept pays européens : Roumanie, Serbie, Bulgarie, Chypre, Grèce, Italie, et République de Moldavie.
Cette liste était complétée par quatre experts et un professeur de peinture. Au même moment, un groupe d’enfants, âgés de 7 à 14 ans, de Sinaia et de Paris, a travaillé sous la supervision d’un peintre roumain, Tanase Mocanescu, afin d’exprimer à travers la peinture comment ils voient l’Europe aujourd’hui. Les enfants ont présenté leur travail aux autres participants pendant la session de clôture. Les peintures préparées par ce groupe d’enfants seront exposées à l’occasion de différents événements européens.

MUSÉE D’IDENTITÉ EUROPÉENNE 2

L’atelier était structuré en différentes sessions de présentations individuelles faites par chaque adulte participant, de brainstorming et de travail sur le concept (par trois sous-groupes).
Les objectifs poursuivis par cet atelier étaient :

1)
– de développer des vues personnelles sur les idées et les valeurs culturelles communes à l’Europe, avec une compréhension de certains aspects de l’Europe culturelle comme antidote à l’intolérance et aux politiques hostiles de la « forteresse Europe » ;
2)

– de renforcer le sens d’une identité européenne commune et tangible, qui s’ajoute aux identités nationales et régionales comme réponse à la diversité européenne et aux problèmes d’intégration des minorités ;
3)

– de promouvoir la communication intercuturelle et les échanges culturels à travers l’accès, l’analyse et l’usage d’informations sur les différentes cultures européennes.

De nombreuses questions ont été adressées par les participants à l’atelier au sujet des thèmes donnés, notamment : qu’est-ce qui définit exactement l’identité culturelle européenne ? Quelles sont les origines historiques de l’Europe ? Quels sont les principaux symboles avec lesquels se contruit aujourd’hui l’identité culturelle européenne ? Qu’est-ce qui unit les cultures européennes ? Qu’est-ce qui les attache ensemble ? Quels sont les valeurs et principes communs à l’Europe culturelle en plus des identités culturelles nationales et régionales ? Quel est le rôle de l’héritage culturel dans la définition de l’identité culturelle européenne ? Où commence et où se termine l’Europe en terme d’identité européenne ?

La seconde étape du projet Métamorphoses se tiendra en Roumanie pendant l’été 2010 avec l’objectif d’approfondir les trois sujets proposés lors du premier atelier. Les résultats du premier atelier sont trois propositions pour un espace muséal qui mette en lumière l’identité européenne, propositions qui sont brièvement présentées ci-dessous.

EUROMORPHO MUSEE IE

image020

Deux mots différents juxtaposés créent le titre du projet, en l’occurrence « euro » et « morpho ». La surface exprime parfaitement les changements continuels auxquels l’identité culturelle européenne aux multiples facettes a été continuellement soumise, le processus de (re)formation et de (re)modelage de cette identité à travers l’espace et le temps.


EUROMORPHO s’appuie sur un unique espace développé à la fois verticalement et horizontalement, exprimant ainsi la communication interculturelle et la superposition de strates historiques et culturelles au niveau européen. Cet espace flotte au travers d’aires à l’intérieur et à l’extérieur, situées au-dessus et au-dessous du sol et réunit des éléments et des effets naturels et artificiels. Il offre plusieurs entrées et sorties, ouvertes jour et nuit ; un club ou un lounge bar peut prendre place au-dessus. En observant et en agissant, les visiteurs d’EUROMORPHO sont directement impliqués dans une expérience culturelle sans fin aux multiples facettes.


Les caractéristiques et valeurs de l’identité européenne consistent en :


-stratification (une superposition verticale de niveaux historiques et culturels) ;


-communication interculturelle ;


-diversité culturelle et multiculturalisme ;


-politique culturelle commune et avenir ;


-mobilité ;


-partenariats créatifs, coopération et innovation ;


-communauté économique ;


-interactivité et dialogue ;


-respect mutuel et compréhension.

EUROFLUX MUSEE IE

image024

Le flux de l’histoire européenne à travers l’espace et le temps sera exprimé à travers un tunnel de verre courant sur une large surface en plein air. Une reproduction d’un ancien amphithéâtre grec constituera le sol du corps principal de bâtiment et illuminera naturellement une partie du tunnel.

EUROFLUX se structurera en accord avec un axe narratif historique et un axe synthétique/symbolique qui exprimera le processus de construction et de changement de l’identité européenne.

Pendant qu’il passe à travers le tunnel, le visiteur éprouvera le flot de l’histoire européenne à la fois émotionnellement et intellectuellement à travers une série de moments historiques représentatifs de la formation et du développement européens. Des images, des vidéos, des sons, des écrans tactiles, etc. disponibles dans le tunnel illustreront à la fois l’histoire de l’Europe et ses valeurs identitaires. Au même moment, les visiteurs se verront offrir des spectacles au niveau du sol, c’est-à-dire dans l’amphithéâtre, et se verront proposer d’être impliqués activement dans les activités proposées pendant le stage.

EUROPEION MUSEE IE

image022

Ce projet concerne une installation prototype à la fois modifiable et modulable, exprimant les modifications de l’Europe à travers l’espace et le temps. Cette installation devrait permettre aux visiteurs d’observer et d’agir simultanément, en même temps qu’ils pénètrent dans un tunnel ou qu’ils se promènent autour ; les visiteurs de l’EUROPEION seront impliqués dans cet acte d’observation. En déplaçant ou en ajoutant des objets à l’intérieur du tunnel concerné, les visiteurs agiront directement.

Le résultat de ce prototype représentera une inspiration pour les autres pays européens. Chaque reproduction ressemblera à ce prototype, même s’il sera en même temps unique et montrera certaines caractéristiques individuelles selon les pays dans lesquels il sera produit. L’EUROPEION consistera en deux parties principales : un tunnel distordu, fait de bois, de verre et d’une série de cadres de bois coupant transversalement le tunnel.

Chaque cadre contient une image imprimée, typique de chacun des vint-sept pays membres de l’Union européenne, aussi bien que de quelques pays européens voisins. De la musique envahira le tunnel, fournissant aux visiteurs simultanément une large palette d’émotions, pendant qu’ils traversent les cadres.

Développement durable + Invitation

La Décennie des Nations Unies pour l’éducation au service du développement durable (DEDD, 2005-2014), dont l’UNESCO est l’organisation chef de file, porteuse des valeurs et des pratiques liées au développement durable à toutes les formes d’éducation et d’apprentissage, tâche à relever les défis sociaux, économiques et environnementaux du XXIe siècle.

Le Club UNESCO Sorbonne s’inscrit dans ce cadre plaidant en faveur d’une citoyenneté responsable et combattant les effets néfastes des habitudes de consommation non-viables sur la société et les ressources naturelles.


Trois actions essentielles de Club UNESCO Sorbonne se sont imposées :

1) Apprendre à surmonter les problèmes sociaux et environnementaux du monde actuel et à adopter des modes de vie viables afin de lutter pour le développement durable

2) Encourager l’adoption d’une attitude nouvelle à l’égard de la protection des ressources naturelles de la planète et traiter la question des ressources naturelles (eau, énergie, agriculture, biodiversité) comme des éléments importants du projet du développement durable

3) Lutter pour une consommation des biens et services sans nuire à l’environnement ni à la société

Invitation :

Par conséquent, le Club UNESCO Sorbonne vous convie au débat sur le développement durable accompagné d’une installation artistique :

Grande baignade publique de Mon corps où es-tu ?

Entrée libre.

Maison des sciences de l’homme, le 15 Décembre de 15h à 21h,
54 boulevard Raspail, Paris 15e.

Créons un flot d’emballages de médicaments et de compléments
alimentaires déjà consommés…
Puis créons un bassin en filet de pêche et…
immergeons-nous jusqu’au cou dans la discussion…

Premiers lieux de collectage :


1. Université de Paris-Sorbonne

2. Centre d’animation « Les Amandiers »,  110 rue des Amandiers, Paris 20e

3. Centre social des Amendiers, La 20ème Chaise,  38 rue des Amendiers,  Paris 20e

4. Espace jeunes Saint Blaise,  1 rue Pauline Kergomard Paris 20e


Confluence des collectages :


Une chambre vide se remplit, 32 rue Sorbier, Paris, 20e
chez Marion Baruch, (Métro Gambetta ou Ménilmontant)
Name Diffusion, une forme de rencontre,
tel. 01 43 58 85 66

processus en marche, halte sur le chemin…
32 rue Sorbier, Paris 20e, métro Gambetta
chez Marion Baruch


Ce projet, dans lequel Club UNESCO-Sorbonne participe, est  soutenu par :


– Le Département de l’art dans la ville,  Mairie de Paris.


– La Fondation – Maison des sciences de l’homme, 54 bd Raspail Paris 6e


– MAGUYSAMA TECHNOLOGIES – Energies renouvelables


– Synesthésie



logo_mairie_paris

logo

maguy1

logo1

users-pascalvasseur-desktop-unesco-logo

Lettre de félicitation

L’Ambassadeur de la République de Bulgarie en France, Madame Irina BOKOVA, a été nommée Directeur Général de l’UNESCO par le Conseil exécutif de l’Organisation, le 22 septembre 2009. Pour la première fois depuis sa création au lendemain de la seconde guerre mondial, l’UNESCO va être dirigée par une femme.

A cette occasion, le Club UNESCO Sorbonne souhaite féliciter Mme Irina Gueorguieva BOKOVA pour sa nomination :

Madame l’Ambassadeur,

Le choix du Conseil Exécutif de vous nommer Directeur Général de l’UNESCO est pour nous un très grand motif de satisfaction. Je souhaite vous adresser nos plus chaleureuses félicitations pour votre succès et vous exprimer d’ores et déjà tous nos vœux de pleine réussite dans la haute mission que l’UNESCO vient de vous confier. Cela confirme de manière éclatante la confiance que la famille UNESCO vous accorde.

Qui plus est, une présence féminine manquait réellement à la tête de l’Organisation qui par excellence prône l’égalité. En outre, l’un des axes principaux de notre Club étant la communication interculturelle entre l’Europe Occidentale et l’Europe Orientale, nous nous réjouissons d’autant plus du fait que vous incarnez symboliquement ce rapprochement.

Notre jeune Club, considérant les représentants de l’UNESCO comme un modèle à suivre, vous assure que nous mettrons tout en œuvre pour vous suivre dans votre volonté de réformer l’institution. Vous trouverez en nous des soutiens zélés dans la diffusion de nos idéaux communs.

En vous renouvelant nos sincères félicitations, j’ai l’honneur, Madame l’Ambassadeur, de présenter à Votre Excellence, l’expression de ma très haute considération.

Aleksandar PROTIC

Responsable du Club UNESCO – Sorbonne

L’UNESCO à l’écoute de la jeunesse

6e Forum des jeunes, à Paris, du 1er au 3 octobre 2009 Paris, 28 septembre

© Pierre Metivier

A la veille de l’ouverture de la 35e Conférence générale de l’UNESCO, 143 jeunes, issus de 96 pays, et près d’une cinquantaine d’observateurs, représentant 34 organisations, sont attendus à Paris, pour participer au 6e Forum des jeunes de l’UNESCO, qui se tiendra, du 1er au 3 octobre prochain, au siège de l’UNESCO, sur le thème « Investir pour sortir de la crise : vers un partenariat entre l’UNESCO et les Organisations de jeunesse ».

Sélectionnés par leur pays d’origine pour leur implication dans des activités liées à la jeunesse, les 143 jeunes délégués, âgés de 18 à 24 ans, débattront des possibilités, pour les États, d’investir dans le développement de la jeunesse pour sortir de la crise, thème qui sera également au centre des débats de la 35e Conférence générale de l’UNESCO.

Ouvert par Pierre Sané, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour les sciences sociales et humaines, ce 6e Forum des jeunes sera clôturé par l’actuel Président du Conseil exécutif de l’Organisation, Olabiyi Babalola Joseph Yaï, et le Directeur-Général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura.

Quarante-huit observateurs, représentant 34 organisations de jeunesse, des ONG, ainsi que des agences des Nations Unies, ont d’ores et déjà prévu d’assister à cette rencontre qui sera rythmée par des sessions plénières et parallèles. Une première session plénière sera consacrée au thème principal du Forum et sera suivie d’une session parallèle sur les priorités d’action de l’UNESCO. Une seconde session plénière mettra l’accent sur les modalités de renforcement de la participation des jeunes au Forum de l’UNESCO. La dernière journée sera consacrée à l’adoption d’un rapport qui sera présenté par deux jeunes délégués aux 193 États membres de l’UNESCO, durant les travaux de la 35e Conférence générale de l’Organisation, qui se tiendra du 6 au 23 octobre prochain. Parmi les nouveautés introduites par cette 6e édition : la mise en place, en amont du Forum, de deux dialogues en ligne ayant permis à un très grand nombre de jeunes de contribuer à la préparation des débats.

Cinq jeunes journalistes, représentant, chacun, une région du monde, seront également chargés de couvrir la rencontre. Initié en 1999 par l’UNESCO, le Forum des jeunes de l’UNESCO, qui marquera donc ses 10 ans cette année, réunit tous les deux ans des jeunes du monde entier pour leur permettre de partager expériences et préoccupations communes et de faire entendre leur voix et leurs idées, en soumettant directement des recommandations aux 193 États membres de l’Organisation, à l’occasion de la Conférence générale dont il fait partie intégrante.

Auteur(s):UNESCOPRESSE Source:Avis aux médias de l’UNESCO N°2009-53 29-09-2009 http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=46503&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

Communiqué : Journée de la Paix

Paris, le samedi 19 septembre 2009

Communiqué

21 septembre :  Journée internationale de la Paix

ffcu-edd

La Fédération Française des Clubs UNESCO (FFCU), à l’occasion de la Journée internationale de la paix rappelle son adhésion à la mission essentielle de l’UNESCO : faciliter et développer la coopération intellectuelle et morale des peuples et des Etats, au service de la culture de paix.

La FFCU considère qu’il est plus que jamais indispensable de faire avancer le respect effectif des Droits de l’Homme partout et pour tous, de lutter contre la pauvreté, les inégalités et les injustices notamment en développant l’accès à une éducation de qualité.

La FFCU et les Clubs UNESCO fondent leur raison d’être sur la référence éthique aux valeurs promues par l’UNESCO de tolérance et de dialogue.

Par leurs actions éducatives, ils oeuvrent concrètement, au sein des établissements scolaires et de la société civile pour faire en sorte que ce monde d’interdépendance soit aussi un monde de dignité,d’équité et de solidarité.

FFCU

173, rue de Charenton 75012 Paris

www.clubsunesco.org

Contact presse : Pascal Vasseur    Tél : 01 42 58 92 91

FFCU: N° SIRET : 775666 456 00063 – N° APE : 913 E

Journée de la diversité culturelle Paris, 19 mai

Célébration de la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement (21 mai)

 » Deux calligraphes de renom*, de cultures différentes, entrecroisent leurs écritures pour célébrer à l’UNESCO la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement (21 mai). Parmi beaucoup d’autres*, Maître Fan Zeng (Chine) et Hassan Makaremi (Iran) illustrent de manière poétique l’apprentissage du « mieux se connaître, mieux vivre ensemble » .

La célébration de cette Journée est l’occasion de « réaffirmer le mandat de l’UNESCO qui est de préserver l’indépendance, l’intégralité et la féconde diversité des cultures de ses Etats membres » et de « promouvoir l’idéal démocratique de dignité, d’égalité et de respect de la personne humaine par l’éducation, les sciences, la culture et communication », déclare le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, dans son message à l’occasion de la Journée.
Un des grands enjeux du XXIème siècle est de construire la diversité à partir des différences, tout en cultivant la complexité, mais surtout l’unicité, du genre humain. Cette Journée offre donc l’opportunité d’approfondir nos réflexions sur les valeurs de la diversité culturelle, « patrimoine commun de l’humanité » et « source d’échanges, d’innovation et de créativité ». Elle « doit être reconnue et affirmée au bénéfice des générations présentes et des générations futures », ainsi que le proclame l’article 1 de la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle, adoptée à l’unanimité le 2 novembre 2001.
Pour célébrer cette Journée, chacun est invité à participer au Festival international de la diversité culturelle (11 au 22 mai), organisé par l’UNESCO à Paris mais également un peu partout dans le monde. »

http://portal.unesco.org/fr/

Partenaires de l’UNESCO

clubs-unesco

« Les « Associations, Centres et Clubs UNESCO » sont des groupements de personnes de tous les âges, de tous les horizons socioprofessionnels qui cherchent ensemble à diffuser les idéaux de l’UNESCO et à contribuer à la réalisation de ses objectifs.

Leur référence, de nature éthique, à l’Acte constitutif de l’UNESCO les engage vis-à-vis de la Déclaration universelle des droits de l’homme. C’est pourquoi, les clubs UNESCO se donnent une mission éducative en faveur de la paix et de la justice.

Le premier club UNESCO est né au Japon, quelques mois à peine après la naissance de l’UNESCO, le 19 juillet 1947, dans la ville de Sendaï, suivi d’un autre à Kyoto. Ils sont aujourd’hui présents dans une centaine de pays.

En France, les premiers clubs UNESCO sont apparus dès le début des années cinquante, sur l’initiative de M. Louis François, ancien résistant et inspecteur général de l’éducation nationale. La Fédération française des clubs UNESCO dépose ses statuts en 1956 et, la même année, reçoit la reconnaissance officielle du ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports. »



http://www.clubs-unesco.org/

Clubs UNESCO

« Depuis la création du premier Club au Japon en 1947, les Associations, Centres et Clubs UNESCO sont de précieux partenaires pour l’UNESCO.

Constitués de personnes de tous âges, de tous horizons socio-professionnels et de toutes origines, ils partagent un engagement envers les idéaux de l’UNESCO et travaillent bénévolement à leur mise en oeuvre sur le terrain. Ils sont ainsi bien placés pour être les porte voix de la société civile auprès des décideurs.

Un demi siècle d’existence du mouvement des clubs UNESCO représente un vaste canevas d’événements ayant eu lieu dans toutes les régions et touchant tous les domaines de compétence de l’UNESCO.

En 2006, le mouvement compte quelque 3700 centres, associations et clubs UNESCO repartis dans plus de 100 pays à travers le monde.

Au niveau international, la Fédération mondiale des associations, centres et clubs UNESCO (FMACU) est chargée d’informer, de coordonner et de mobiliser ses membres.

A la lumière du rôle grandissant de la société civile dans les décisions touchant la vie publique, le mouvement des clubs peut jouer un rôle essentiel dans l’éducation des citoyens, et contribuer au dialogue entre les cultures et les générations pour un développement durable. »

http://portal.unesco.org/fr/

UNESCO : Présentation

UNESCO-logo

UNESCO en bref : Ce qu’elle est, ce qu’elle fait

« L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) est née le 16 novembre 1945. Pour cette agence spécialisée des Nations Unies, le plus important n’est pas de construire des salles de classe dans des pays dévastés ou de restaurer des sites du Patrimoine mondial. L’objectif que s’est fixé l’Organisation est vaste et ambitieux : construire la paix dans l’esprit des hommes à travers l’éducation, la science, la culture et la communication.

La paix n’est pas simplement l’absence de conflits. La paix signifie : des budgets consacrés à construire et non pas à tuer et détruire, des infrastructures et des services qui fonctionnent et s’améliorent, des populations qui font des projets d’avenir, des esprits libérés des traumatismes de la violence et des idées de vengeance, et réceptifs aux idées de solidarité.

La paix est une démarche volontaire qui repose sur le respect de la différence et le dialogue. L’UNESCO veut être l’artisan de ce dialogue et promeut la collaboration entre les peuples, accompagnant les États* sur le chemin du développement durable qui, au-delà du seul progrès matériel, doit répondre à toutes les aspirations humaines sans entamer le patrimoine des générations futures, et sur celui de l’établissement d’une culture de paix fondée sur les droits de l’homme et la démocratie. Ce mandat est sa raison d’être et son travail quotidien.

Cette vision globale des problèmes et des enjeux de la planète trouve sa représentation métaphorique dans les éléments de son identité visuelle : les deux traits se croisant sous le logo de l’UNESCO créent un delta allongé, symbole de la diversité, de la fertilité et de la canalisation des forces vives, qui résume bien la place de l’Organisation dans le monde d’aujourd’hui.

À travers ses stratégies et ses activités, l’UNESCO œuvre en faveur des Objectifs de développement des Nations Unies pour le Millénaire … »

http://portal.unesco.org/fr/