Messagerie électronique et contexte scolaire

11 10 2019

Messagerie électronique et contexte scolaire

Le règlement du CDI

Les élèves ne peuvent utiliser leur messagerie électronique personnelle au CDI et ce même pour un usage pédagogique. Ils disposent d’une messagerie sur leur ENT pour envoyer leurs fichiers ou correspondre avec leurs professeurs.

Messageries et RGPD : un accord cadre existe entre le MEN et La Poste. La création et/ou l’utilisation de services de messageries comme Gmail ( propriété de Google, faut-il le rappeler) ne sont pas autorisées dans un contexte scolaire.

Pour quelles raisons ? La messagerie La Poste, gratuite, sans publicité, répond aux obligations de neutralité des enseignants. La Poste est le seul prestataire conventionné par le ministère de l’Éducation Nationale. D’autres messageries, comme le service de Google, Gmail captent les données personnelles des mineurs, ce qui mous mettrait en infraction par rapport au RGPD. Qui plus est, ces données personnelles sont monétisées. Or, l’obligation de neutralité des fonctionnaires du ministère de l’Éducation nationale nous oblige à ne pas favoriser des services commerciaux.

Si des élèves utilisent une messagerie dans un contexte pédagogique pour échanger avec leurs professeurs, ce doit être avec la messagerie La Poste. La création d’une adresse de l’élève est de toute façon très cadrée. Les parents et l’élève doivent signer une autorisation. Les parents de l’élève mineur ont connaissance de cette adresse et du mot de passe. Cette adresse est valable toute la vie. Elle peut être utilisée hors contexte scolaire. Dans un contexte pédagogique, un enseignant peut lire les messages échangés dans le cadre d’une activité précise. Il n’a pas accès à ce qui relève de la vie privée de l’élève.

Les élèves n’ont pas l’autorisation de créer une messagerie au CDI, ni de consulter leur messagerie au CDI. Gmail est INTERDIT. Si des élèves utilisent la messagerie La Poste, ce ne doit être que dans un contexte pédagogique. Je dois avoir l’assurance qu’une autorisation a été remplie, et je dois avoir connaissance du projet pédagogique. Tout élève qui tenterait d’accéder à sa messagerie ( Gmail, par exemple) enfreint le règlement du CDI.

Je rappelle également aux parents que la loi sur la majorité numérique ( lire mon billet de blog sur le sujet) ne permet pas à un mineur de quinze ans de créer une adresse e-mail ou un compte sur un réseau social, une application ou un site. L’autorisation des parents est indispensable pour un mineur entre 13 et 15 ans. L’utilisation de comptes personnels de l’élève n’est pas légale : le CDI serait en infraction avec le RGPD. La création de compte sur Devoirs.fr et/ou son utilisation par exemple sont interdites au CDI. L’argument de « l’intérêt pédagogique » de ce site ne peut être accepté. Le CDI serait commettrait une infraction par rapport au RGPD.

Le lien vers l’accord cadre :

https://eduscol.education.fr/ressources/Conventions-cooperation-tic/laposte.html

Françoise Grave

professeur documentaliste

Collège Camille Claudel

59650 Villeneuve d’Ascq




Les livres audio : les problèmes juridiques liés à l’exploitation de livres audio ( politique documentaire)

10 10 2019

Les livres audio sont souvent une ressource intéressante pour les élèves  » Dys » ou qui ont des difficultés de lecture. Cependant, l’utilisation du livre audio en classe et au CDI pose problème.

Intégrer des fichiers sons dans BCDI ou dans un portail documentaire est néanmoins possible avec des ressources du domaine public. Des tutoriels de différents sites de Canopé expliquent les normes de catalogage pour ce type de ressources. Dans la base BCDI, j’ai intégré quelques fichiers sons, contes, nouvelles en rapport avec les programmes de français du collège.  Ceux-ci proviennent de banques de livres audio gratuits. L’insertion du lien hypertexte permet aux élèves ou aux enseignants de lire, d’écouter le fichier son.

Le prêt de livres audio achetés à des libraires pose problème dans les CDI ou en bibliothèque.  Le problème semble d’ordre juridique. L’Enssib répond à une question de professeur documentaliste : ce prêt  est théoriquement interdit ! La situation n’est pas claire.

https://www.enssib.fr/services-et-ressources/questions-reponses/droit-de-pret-livres-audio

Philippe Puerto, sur le site Savoirs CDI, répond à la question posée en précisant que pour le moment, l’utilisation  » ludique » du livre audio au sein du CDI n’est pas possible. Mais il ajoute que la plupart  des éditeurs indiquent si l’usage ou la  diffusion sont permis au sein du CDI. En ce cas, on pourrait autoriser le prêt, sinon il faut s’abstenir. Le problème juridique est lié à la rémunération des ayants droit.

L’utilisation en classe de livres audio : Philippe Puerto précise que l’utilisation est autorisée dans un contexte pédagogique. La diffusion est réservée au public d’élèves. Seuls des extraits peuvent être diffusés sur les sites intranet et sur l’ENT. La lecture d’un livre audio doit illustrer un cours. L’utilisation à des fins récréatives n’est pas permise. Le livre audio doit avoir été acquis régulièrement par l’utilisateur.

Notons qu’un répertoire de livres audio gratuits ( domaine public)  au programme de français de collège  est en ligne sur Savoirs CDI :

https://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/centre-de-ressources/fonds-documentaire-acquisition-traitement/mise-en-oeuvre-selectionner-des-documents-pour-les-eleves/des-livres/le-programme-de-francais-au-college-en-livres-audio-gratuits.html

Personnellement, je n’ai pas connaissance de CDI qui pratiqueraient le prêt de livres  audio pour des textes qui ne font pas partie du domaine public.




L’enseignement du RGPD et de la protection des donnés personnelles

10 10 2019

La page de Légifrance modifiée en 2018 sur le sujet

 

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020740395&cidTexte=LEGITEXT000006071191&dateTexte=20110628

Article L312-9

La formation à l’utilisation responsable des outils et des ressources numériques est dispensée dans les écoles et les établissements d’enseignement, y compris agricoles, ainsi que dans les unités d’enseignement des établissements et services médico-sociaux et des établissements de santé. Elle comporte une éducation aux droits et aux devoirs liés à l’usage de l’internet et des réseaux, dont la protection de la vie privée et le respect de la propriété intellectuelle, de la liberté d’opinion et de la dignité de la personne humaine, ainsi qu’aux règles applicables aux traitements de données à caractère personnel. Elle contribue au développement de l’esprit critique et à l’apprentissage de la citoyenneté numérique.

Les professeurs documentalistes forment les élèves aux droits et devoirs d’internet. Il est logique que des séances de formation soient prévues au collège pour tous les niveaux sur ce sujet.




Projet de politique documentaire : l’ouverture culturelle sur le portail du CDI

26 09 2019

L’ouverture sur l’environnement culturel, éducatif, professionnel est une des missions des professeurs documentalistes. Le portail Esidoc est souvent négligé pour construire cette ouverture. Les documentalistes doivent « …favoriser l’accès et l’usage des ressources en ligne des établissements artistiques et culturels.. »,  ce qui permettre « … de s’affranchir des distances, d’effectuer des visites virtuelles d’expositions ou de lieux, d’entrer en contact avec des œuvres, de préparer ou de prolonger le travail éducatif en lien avec la fréquentation des spectacles… » à lire sur cette page de Savoirs CDI

http://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/metier/diversite-du-metier-de-professeur-documentaliste/parcours-deducation-artistique-et-culturelle-quel-champ-daction-pour-le-professeur-documentaliste/quel-champ-daction-pour-le-professeur-documentaliste.html

Le portail Esidoc permet l’accès aux ressources en ligne pour toute une communauté. C’est pourquoi, dans mon projet de politique documentaire,  j’envisage d’enrichir un nouvel onglet de mon portail, intitulé Ouverture culturelle, avec des liens vers des sites : Musées, centres scientifiques… , des associations partenaires, des ressources numériques, par exemple, le panorama des expositions virtuelles publié par le ministère de la Culture.

L’insertion de liens hypertextes vers des sites institutionnels nécessite parfois de faire des démarches, de demander une autorisation écrite aux musées d’insérer un lien vers la page d’accueil ( même si nous n’envisageons pas d’insérer de lien profond). C’est le cas pour le site du LaM, qui précise dans ses mentions légales qu’une autorisation est indispensable pour insérer un lien hypertexte vers sa page d’accueil . La construction de cet onglet demande donc du temps. La relecture des mentions légales est indispensable. Notons d’ailleurs que des sites institutionnels ne précisent pas toujours dans leurs mentions légales  ce qu’il est permis de faire du lien hypertexte. Par ailleurs, il me semble indispensable de rappeler à nos publics, dans une brève présentation des sites, que les contenus peuvent être protégés par le Code de la Propriété intellectuelle.

Un article publié sur SavoirsCDI déplorait que les portails Esidoc ne soient pas davantage utilisés pour favoriser cette ouverture culturelle. Une piste à suivre ?

 




Un module sur la prise en charge des troubles Dys grâce aux outils numériques

23 09 2019

Publié sous licence CC BY-NC6SA il est réalisé par l’Université de Reims et l’ESPE de Reims

https://sead.univ-reims.fr/courses/TICEETDYS/document/scenariII/co/publi_web.html

Le projet de politique documentaire intègre des ressources numériques pour venir aux élèves porteurs de handicaps, tels les troubles  » Dys ». Ces ressources numériques éducatives « libres de droits », partagées sous licences CC sont  publiées sur le portail Esidoc, le blog et éventuellement intégrées dans les collections Pearltrees.

Un onglet : équipe éducative et une sous-rubrique Apprendre à accompagner des élèves en situation de handicap permet de retrouver facilement les ressources numériques destinées aux enseignants.




Sitographie sur les GIVEBOX ou les CDIBOX au CDI

20 09 2019

Les commentaires seront publiés ultérieurement

Les fiches d’interCDI

http://www.intercdi.org/fiche-intercdi/mettre-en-place-une-give-box/

Le concept de CDIBOX au lycée

Le concept de CDI Box : tentative au lycée

Une page de l’Enssib

https://www.enssib.fr/services-et-ressources/questions-reponses/mediation-numerique-au-cdi

Vers les Communs à l’école

https://www.docpourdocs.fr/spip.php?article558

La CDIBOX du collège du Quesnoy, créée par notre collègue Nathalie Mignot

 




Projet de politique documentaire : une GIVEBOX au CDI ? On en discute…

20 09 2019

Le principe des Box est de créer un espace communautaire d’échanges. Dans un premier temps, la BOX du CDI sera une livre-Box, une boîte à livres. Il s’agit de troc de livres.

Les objectifs pédagogiques : favoriser la lecture , la libre circulation des livres. Répondre à des objectifs de développement durable : donner une seconde vie aux livres, recycler, éventuellement « rénover » des livres en mauvais état. Enfin, ce projet participatif aura pour but d’améliorer le climat scolaire, les échanges entre élèves.  Une publication sur le web journal permettra de communiquer sur le projet. Réussite, échec, etc.

La BOX : pour l’instant, ce sera une boîte en vulgaire plastique. Ce n’est guère « écolo » me direz-vous ! Aux lecteurs de ce billet de blog de faire des suggestions pour améliorer la box ! Étagère en bois, cube, box décorée, tout est possible. Votre professeur d’arts plastiques pourra vous donner des idées.

Des livres issus du désherbage du CDI seront mis dans la BOX. Il appartiendra ensuite aux élèves de faire vivre ce projet. Par la suite, la BOX pourra accueillir des objets.

Le type de livre : en état acceptable. Roman, bandes dessinées, mangas, documentaires, albums. Les livres que vous avez aimés, que vous souhaitez partager, ou ceux que vous n’avez pas aimés mais qui trouveront peut-être un nouveau lectorat.

Une seule obligation : apporter un livre et le déposer dans la BOX après l’accord du professeur documentaliste.  Puis choisir un livre dans la BOX.

Renseignements, questions : rendez-vous au CDI.Le projet : il est présenté au premier CA de l’année.

Une autorisation parentale sera  requise pour qu’un élève participe à la CDIBOX. Le projet démarre avec les livres du CDI : servez-vous dans la BOX : c’est gratuit, vous n’avez pas besoin de déposer un livre pour prendre un livre mis au pilon !

Lorsqu’un élève viendra déposer un livre, il devra donner son autorisation parentale à son professeur documentaliste. Si les livres de la BOX ne suscitent pas son intérêt, il pourra obtenir un bon pour un livre de la BOX.  Bien sûr, il sera possible de déposer des livres sans en reprendre. Les livres de la BOX seront exclusivement destinés aux élèves. Ils ne rejoindront pas le fonds du CDI.

 




Projet de politique documentaire : une charte d’établissement pour les TIC

19 09 2019

Projet de politique documentaire

La charte d’utilisation des TIC

Cette charte est à mon avis un des projets prioritaires dans l’élaboration de la politique documentaire du collège Camille Claudel. Il s’agit d’une obligation pour tous les établissements scolaires : cette charte d’utilisation des TIC est en principe annexée au règlement intérieur. Il est possible de publier une charte numérique sous forme d’infographie. Cette charte doit être modifiable en fonction de l’évolution de l’utilisation d’internet. Une mise à jour régulière de la charte est donc souhaitée. Elle est adoptée lors d’un CA et nécessite des échanges, une concertation de l’équipe pédagogique.

Les objectifs : l’utilisation d’internet doit absolument faire l’objet d’une formation, d’une sensibilisation des publics, et d’une responsabilisation des utilisateurs. Les nouveaux textes concernant le RGPD et le téléphone portable doivent être pris en compte dans l’élaboration de notre charte. Elle n’est pas qu’une liste d’interdictions.

La circulaire n° 2004-035- du 18-02-2004 réaffirme deux obligations : la formation et le contrôle des élèves. Nous devons prendre en compte des impératifs de sécurité et de protection des mineurs. D’autre part, nous devons sélectionner et contrôler l’information mise à disposition des mineurs. Il me semble pertinent de réfléchir à une liste blanche avec les équipes pédagogiques : liste de sites autorisés pendant les activités permises au CDR, pour les élèves qui ne seraient pas sous la responsabilité du professeur documentaliste. Il conviendra de réfléchir aux mesures de formation des acteurs concernés en ce qui concerne les spécificités d’internet, dont le respect du droit de l’information, notamment en contexte scolaire. La charte doit donc contractualiser les usages d’internet.

Mes préconisations : je pense que l’accès à internet dans les espaces numériques, en particulier au CDR lorsque les élèves ne sont pas placés sous ma responsabilité ou sous la responsabilité d’un enseignant doit être encadré par notre texte.

La plupart des chartes numériques n’autorisent la consultation de sites que si cette consultation répond à un intérêt pédagogique . Je souhaiterais que les règles en vigueur au CDI soient aussi appliquées à tous les espaces documentaires et numériques que les élèves fréquentent. Cette condition permettrait à mon sens de rédiger un texte en accord avec le droit de l’internet, le code de l’éducation, les recommandations publiées sur éduscol, et de proposer aux élèves une formation à la Culture de l’information cohérente. Une progression des apprentissages serait inscrite dans cette charte. Il me semble évident que des utilisations ludiques autorisées ( jeux, consultation de YouTube, etc) risqueraient de nous discréditer auprès des parents, ou des nos interlocuteurs pour le numérique ( DANE par exemple), ou de nos collègues d’établissements proches ( les lycées). Il est évident que de tels usages entreraient en conflit avec l’utilisation d’internet au CDI. Voici trois extraits de charte qui me semblent des modèles dont nous pouvons nous inspirer.

La charte du collège LE VAL D’AJOL – PLOMBIERES

« Il est interdit d’accéder à des sites Internet n’ayant aucune utilité pédagogique et éducative. Le téléchargement (et l’installation) de logiciels est également  interdit. Il est toutefois possible de télécharger des documents dans son dossier personnel pour la réalisation de travaux demandés par les professeurs ».

http://www4.ac-nancy-metz.fr/clg-fleurot-d-herival/SiteInternet/charte_informatique.html

La charte du collège Fontanes, de l’académie de Poitiers

« L’usage du réseau Internet pédagogique est réservé à des activités d’enseignement répondant aux missions de l’Éducation Nationale. ..Respecter la législation en vigueur (notamment lois relatives à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, respect des bonnes mœurs et des valeurs démocratiques, propriété littéraire et artistique)… ».

http://etab.ac-poitiers.fr/coll-fontanes-niort/spip.php?article8

La charte du lycée Paul Langevin la Seyne-sur-Mer

« Les services offerts par le Serveur sont exclusivement destinés à un usage pédagogique et éducatif: activités liées à l’enseignement, à la documentation, à l’orientation, en aucun cas, ces services ne sont destinés à des usages personnels (jeux, chat…) ».

« L’accès des élèves à Internet n’est autorisé qu’en présence d’un adulte dûment habilité, qui exercera une surveillance des sites consultés : par conséquent, l’élève s’engage à ne pas se connecter ou essayer de se connecter sur un site sans y être autorisé, ou sur un site sans rapport avec la recherche demandée par le professeur ».

https://www.langevin-la-seyne.fr/index.php/divers/charte-informatique.html

Françoise Grave

Professeur documentaliste

Collège Claudel

59650 Villeneuve d’Ascq




La politique documentaire du CDI

30 08 2015

Collège Camille Claudel