L’oeuvre ou comment exercer son jugement


Exercice sur l’œuvre d’art :

– Le laid peut-il plaire?

F. Goya Saturne dévorant ses enfants

Description: les couleurs en elle même sont laides, elles sont assez sombre

Le personnage principal est un monstre qui dévore un être humain.

Choix: la position du monstre et son état nous montre qu’il en faut peu pour qu’un être humain devienne un monstre. Ilias

-La violence peut elle être représentée?

Picasso, Guernica

Description: on voit des personnages morts ou aux membres mutilés, on voit dans leur visage une expression de douleur, ils ne sont pas tous représentés par des têtes humaines. On voit des gens crier. Les couleurs sont sombres.

Choix: la guerre représente quelque chose de laid et le tableau fait peur. Il ne représente pas des humains mais des monstres. Solène

-L’étrange regard.

La Joconde, Léonard De Vinci

Description: le regard est fixe et sombre, le clair obscur évoque un paysage inquiétant entre deux (jour et nuit, temps nuageux et clarté), le tableau est simple.

Choix: Mona Lisa est une femme banale mais en même temps inquiétante. Fousia

-Le clown fait-il pleurer ?

L’homme traqué (Armand Nakache)

Description : C’est un homme avec un visage déformé, il y a un surplus de couleur qui encombre ce visage. Le nez du personnage ressemble à un groin de porc.

Choix : En elle-même la peinture est belle : la technique de peinture, le corps du personnage sont normaux. Ce qui est différent est la tête, c’est ce qui choque au premier regard. Clément

– En quoi un enfant peut-il être effrayant ?

Description : Il y a des couleurs sombres et l’artiste met en valeur le visage par la lumière, ainsi que le pied. Il y a un contraste important entre le haut et le bas du tableau, entre l’innocence du visage et la déformation du pied. On remarque aussi le noir de son habit. Le fait qu’il porte une béquille de manière triomphale montre l’ironie de la scène.

Choix : Le tableau est effrayant par l’expression du visage de l’enfant, son horrible sourire et son pied qu’il exhibe. Tiffanie

-Le concours de laideur

Description : il y a plein de monde  devant la personne en bas à droite. Les couleurs sont vives, cependant les visages sont déformés. Les personnages rivalisent de laideur, ils sont entassés, on ne peut pas déterminer lequel est le plus laid. Malgré leur laideur, ils ont l’air béats, niais, voire méchants. La laideur exprime leur caractère. Ils sont étranges et on ne sait pas qui ils sont, on ne les reconnait pas par leur habit et leurs accessoires.

Choix: c’est étrange qu’on mette des couleurs aussi claires pour présenter un tableau aussi laid. Laurène

-La laideur démembrée

Description: un personnage déformé et grimaçant placé en équilibre sur une caisse. Un pied est squelettique. Le sourire évoque la jouissance et l’effroi. Il y a un homme penché vers la chair et des fèves sorte de haricots placés volontairement devant l’armoire soutenant les membres déformés. Il y a des organes, de la chair, des os, tout est en désordre mais tout est fondu dans les mêmes tons: des couleurs chaudes qui se confondent sans que rien ne choque le regard de même qu’il n’y a pas de forme, pas de dessin. On croit que la structure est abandonnée au milieu d’un désert. Malgré tout ces membres, on ne voit pas de sang. Le tableau n’exprime rien de vivant à part la douleur de la tête renversée. Les membres forment un cadre dans lequel on perçoit une trouée bleue qui rappelle la percée du ciel, d’espoir, opposée au tourment des nuages noirs qu’il peut percevoir.

Choix :

– la forme générale du corps met mal à l’aise.

–  une forme d’art très abstraite qui montre une vision d’esprit très ouverte car Salvador Dali fait plutôt de la recherche et veut toucher les esprits par l’inédit, le nouveau, l’incompréhensible. Xavier

-La tristesse en couleur

Description: il y a un mélange de couleurs chaudes en arrière plan. Le milieu du visage est dépourvu de couleur. La structure est bizarre : il y a des formes très géométriques qui contrastent avec l’ovale du visage et des deux yeux. Le visage transmet la peine, la souffrance et aussi l’inquiétude.

Choix: le contraste entre le titre et les couleurs qui sont chaudes, reflétant la gaité tandis que le titre évoque une femme qui pleure. Mélanie

-Musique laideur ou beauté ?

Artiste : Underoath
Titre : Young and Aspiring

L’art s’intéresse à la laideur, nous le fait vivre, alors si il  doit s’y intéresser , cette question semble absurde puisque  l’art est libre.
Le son métallique des guitares ici , la batterie ainsi que la voix est pour beaucoup comparée à du « bruit » ;  pour beaucoup cetart peut être laid mais pourtant pour d’autres cela sera mélodieux donc qu’en est-il vraiment ? qu’est-ce le laid ?
Pierre

– Quel prix a la liberté ?

Tableau :  » la liberté guidant le peuple » d’Eugéne Delacroix
Description : Ce tableau nous montre au 1er plan des cadavres humains. Au 2nd plan, des hommes qui tiennent des armes et Marianne qui brandit fièrement le drapeau bleu-blanc-rouge de la liberté.

Choix : J’ai choisi ce tableau car on peut voir que la mort de ces citoyens n’a pas été vaine et qu’elle leur a permis d’acquérir un droit fondamental qu’est celui de la liberté . Alison T

tableau: « Le Grand Dragon Rouge » de William Blake

Description : Cette peinture montre le dragon de dos prêt à dévorer l’enfant de la femme enceinte décrite dans l’apocalypse. Les couleurs sont claires on peut remarquer une opposition (clair obscur) entre la femme vêtue de Soleil et le dragon rouge. Paul .M

Tableau : Le cri d’Eward Munch

Le tableau exprime la douleur, la peur, l’effroi. La figure du personnage est triste. Les couleurs du tableau sont sombres et le décor derrière est triste, et terne. Chrystal C.

Tableau: le chat mort Théodore Géricault.

les couleurs sont sombres, le dessin est dramatique car le chat présente une rigidité cadavérique, l’éclairage renforce l’impression de mort. Lucie I.

Tableau: le jardinier

Ce tableau crée le trouble et la confusion .il est censé representer un jardinier. On dirait plutot un monstre, il a un regard vide et effrayant . Malgré la laideur de ce tableau il y a un coté fantastique et on retrouve un grand raffinement.

j’ai choisi ce tableau a cause du sentiment de mal être qu’il procure et les differents facons d’apréhender le tableau. romain chlakhoff

Tableau: la duchesse laide, Quentin Metsys

La Guerre des sexes dans l’art
J’ai choisi ce tableau car l’œuvre est dite belle mais représente la laideur, ce tableau plait car il est atypique.
Sur ce tableau on voit un homme déguisé en duchesse, sa tête nous fait penser à un singe. L’homme porte une traine de duchesse peut-être pour cacher sa calvitie. On peut voir que l’homme parait frustré par rapport a l’image qu’on donne de lui dans ce tableau. Pour finir les couleurs de ce tableau sont fades et il n’y en a pas beaucoup. Lucile C.

-Une musique peut-elle déterminer la laideur?

titre de l’oeuvre:  Requiem for a dreamhttp://www.youtube.com/watch?v=hKZupFu4p6Q

la chanson parle de descente lente et certaine en enfer grâce à un film mais il y a le piano qui donne un contre thème car il est en Do majeur. le Do majeur est souvent utilisé pour mettre de la joie or le violon coupe la gaieté en étant mineur. Au départ il s’ appelait lux atearne c’est du latin qui veut dire lumière éternelle ce qui le rend encore plus beau. On va donc se demander où est la laideur dedans. Lisa H

Le bœuf écorche de Rembrandt Harmenzs

Cette œuvre représente une carcasse d’un animal a l’intérieur d’une pièce, on y aperçoit une jeune femme

La carcasse surgit de l’obscurité d’une pièce presque vide, suspendu a une traverse, la viande écorchée rougeoyante, nous interpelle comme une image violente

Elle nous donne un aspect presque vivant.

J’ai choisi cette œuvre car la nature morte nous donne un aspect vivant de la carcasse qui surgit de l’obscurité et nous pose la question  » est-ce que le mort peut encore être vivant? » (Yanni)

Pierre Bruegel, the beggars

Description : On y voit des paysans crottés, des mendiants difformes faisant des grimaces et n’ayant plus de jambes, des visages tordus.Ils semblent souffrir. Ils semblent faire une danse pathétique pour des spectateurs imaginaires, de plus on peut remarquer qu’une femme emporte leur sébile qui devait sans doute étre vide. Les vêtements  sont grotesques. Les mendiants  se donnent en spectacle : spectacle de la honte. Ainsi cette image peut paraitre laide par la situation qu’elle décrit et la vie qu’elle nous laisse paraitre des personnages mit en scène.

Choix : Ce tableau montre la laideur que peuvent avoir certains cas de la réalité. Julie Di Domenico

La « Côte de Bretagne », Spinelle rouge
taillée en forme de dragon par Jacques Guay en 1750, Musée du Louvre

Description: L’image choisie est en fait une sculpture sur un gros rubis de 107,88 carats. Il représente un dragon allongé la tête vers le bas et montée sur une décoration de l’ordre de la Toison d’Or. La pierre est taillée avec une très grande précision. La crinière part de devant les oreilles vers le bas du dos pour ce finir en une queue en panache caché en partie sous la patte arrière gauche. Il a la patte avant droite sous sa tête mais on ne voit ni sa patte avant gauche, ni sa patte arrière droite. Et il a l’air paisible.

Choix : J’ai choisi cette œuvre car la transparence de la pierre sur ce fond noir dégage un effet d’effroi, mais malgré tout, la pierre est vraiment magnifique car elle a été sculptée de façon admirable pour une sculpture sur pierre précieuse du XV siècle. Il y a aussi la façon dont est allongé le dragon qui laisse aussi penser à un message de paix.  Mais c’est surtout le rouge sang de la pierre qui est impressionnant, mais aussi émouvant. Angélique

Tableau : « La raie » de Jean-Siméon Chardin

 

Description

Ce tableau nous montre au premier plan des cadavres de poissons ainsi que des couteaux qui aurait pu servir à les tuer. Au second plan on voit une raie éventrée qui laisse apparaître ses viscères suspendu a un pic de boucher. Pour accentuer l’horreur, on voit un chat languir devant les poissons morts.

Choix

J’ai choisi ce tableau car à mes yeux il est criant de vérité … vivant grâce au savoir faire illusionniste du peintre. Les yeux et la bouche du poisson ainsi que sa crucifixion nous évoque la mort et le temps qui passe et donc la vérité de la vie.

Le peintre a un grand savoir faire, ce qui m’a plus , le soucis du détail malgré la laideur de la scène la peinture devient belle. Julie Fitousi

 


 

Tableau : Le démon assyrien Parazuzu

Description : C’est une statue en bronze avec une tête de lion, un pénis en forme de serpent et des griffes de rapaces réunis sur un corps squelettique recouvert d’écailles aillé qui suggèrent son appartenance au monde surnaturel. Le visage du démon traduit une expression plutôt agressive reflétant sa puissance maléfique.

Choix : J’ai choisi cette œuvre car malgré sa laideur elle été utilisée par les mésopotamiens comme amulette donc comme un objet sacré, donc pouvant être considéré comme beau, pour éviter la maladie et chasser le démon des être malades. Johanna Lieffroy

Panneau d’un diptyque , George Dyer.

Ce tableau me fait peur par rapport à la déformation de ce personnage. On peut voir qu’il n’a pas d’œil, ni de bras. Son visage a subi une malformation. Ce tableau peint après la guerre exprime l’inadaptation , le malaise des êtres par des déformations violentes.
Les couleurs sont acides comme le rouge, qui peut nous faire penser au sang.
J’ai choisi ce tableau parce qu’il fait référence aux dégâts de la guerre.. Ce n’est pas seulement un tableau , mais une vérité.

Geoffrey Bernard.

L’arlequin de PICASSO

Cette œuvre est une peinture cubiste de picasso, il y a un mélange relativement flagrant de couleurs chaudes et froides comme le bleu clair ou le blanc mélangé au rouge jaune ou bien marron. Ce mélange de couleurs fait penser au costume que portent les arlequins. On aperçoit sur ce tableau certains personnages, des musiciens comme un flûtiste et un violoniste ; on remarque également une partition de musique en bas du tableau. Ces éléments amènent au tableau  une atmosphère joyeuse alors qu’il est difforme de par le cubisme qui rend les personnages et objets quasiment imperceptibles.

J’ai choisi cette œuvre car je suis musicien et que le cubisme ne me laisse pas de marbre.

Thibault WODEY

Laisser un commentaire