Ciné : Camille redouble

L’existence et le temps travail à partir du film « Camille redouble »

I . Nos émotions

Moments comiques et tristes , film drôle , assez rigolo , séquences émotions , fin décevante , film récent , point négatif = l’actrice principale ( écart entre le personnage d’une lycéenne et d’une adulte), séquence triste ( mort de la mère ), point décevant ( la mort de la mère et la dernière séquence avec Alphonse ) , fin incomprise , sujet intéressant , film qui n’a pas paru long , concept intéressant de faire revenir le personnage dans le temps , on ne sait pas si il s’agit d’un rêve , personnages spéciaux ( l’horloger , le prof de théâtre , le prof de français ). Image du lycée qui est la même aujourd’hui ; modifications de mode , d’objets , caricature de la maison ( la chambre de Camille ) de la famille ( parents compréhensifs ). Symboles : la bague et la montre qui sont représentatifs, la bague = l’amour et la montre = le temps ). Décalage de l’âge en rapport avec la subjectivité du rêve. Point positif = avoir garder une actrice Noémie Lvovsky pour incarner une ado. Elle retourne dans son passé et souhaite changer le passé (la mort de sa mère , sa relation avec Eric ) . Décalage entre les copines de Camille lorsqu’elles sont au lycée et dans la réalité. Particularité : elle se confie à son prof et pas a ses propres copines. Décalage lorsque Camille évoque sa relation avec Éric, elle vie son rêve mais ses amies ne le vive pas. Le père qui n’est plus présent après la mort de la mère de Camille. Relation très proche avec Camille et sa mère. Épisode du théâtre : elle connait déjà le rôle .Elle se met en paix avec son passé même si elle n’a pas pu le changer…

Notions : le comique et la tristesse, la mort et le temps, l’amour, l’irréversible sans regret et amertume, sans fatalisme, sans destin.

La subjectivité domine par rapport à autrui, tout ce qu’elle vit, elle le vit toujours par rapport aux autres, la propre fille de Camille est écartée.

Le temps est traité du point de vue du symbole mais surtout du point de vue de la mémoire. Si il s’agissait d’un véritable rêve , il n’y aurait pas de sens , on ne comprendrait pas les images symboliques , c’est le film qui permet la reconstitution d’une histoire , c’est le film qui fait exister le passé .

Problématiques :

  1. Suis-je l emême en des temps différents ? (problème de l’identité)

Référence : même un objet se transforme et n’est pas identique à lui-même dans le temps. Descartes donne l’exemple d’un morceau de cire qui, lorsqu’on le chauffe, change de qualité. On peut penser qu’une chose peut changer d’un moment à l’autre et ne peut dans le même temps être à la fois elle-même et une autre. C’est le cas des objets symboliques du film, telle la montre. En ce qui concerne les personnes, on peut se demander qu’est-ce qui fait leur identité dans le temps alors que non seulement le physique mais aussi les qualités de l’esprit changent. La définition ou le critère de l’identité d’une chose ou d’une personne pour Locke « C’est une chose qui a eu un seul commencement. » On pense a notre naissance comme point de départ d’une continuité d’une mêmeté mais il y a une difficulté car les choses ne sont pas identiques lorsqu’il s’agit par exemple de simples corps d’animaux ou d’êtres humains.

On distinguera :

  • Une identité matérielle « Si un seul atome est ôté, ou si un nouveau est ajouté, ce ne sera plus la même masse ou le même corps ». Locke

  • L’identité des êtres vivants. Un être vivant n’est pas une simple masse de matière.

  • Définition de la biologie contemporaine : Il possède diverses fonctions qui font de son corps un organisme

  • L’identité de l’homme « C’est la participation ininterrompue à la même vie entretenue par un flux permanent de corpuscules matériels entrant a son tour dans une unité vivante avec le même corps organisé ». Locke refuse de faire de l’âme le privilège de l’homme ; il le définit donc indépendamment de l’identité personnelle

  • L’identité personnelle c’est celle par exemple d’un prince qui se trouve soudain dans le corps d’un savetier* ( notion de substance , de personne ). L’identité personnelle consiste à être soi même, ce que l’on est , c’est une identité de conscience ( Dans le film , Camille a conscience d’être la même, Camille éveillée et Camille endormie ne partage pas la même conscience alors que Camille à 16 ans et Camille à 40 conviennent qu’elles sont la même personne. C’est le même soi personnel qui peut être capable de répéter une action passé avec la même conscience que la première fois et la même conscience de l’action présente

  1. Suis-je ce que le temps a fait de moi ? (Identité personnelle et mémoire)

L’importance de la mémoire a été soulignée en littérature par exemple dans l’Odyssée : si les compagnons d’Ulysse oublient aussi qui ils sont (épisode chez les Lotophages), ils perdent leur identité mais aussi leur humanité

Référence de Primo Levi « Je leur lisais un texte pour qu’ils n’oublient pas qu’ils sont des hommes »

On peut se demander si un homme qui perdrait la mémoire de son passé serait un autre homme. Le problème «  Cette conscience que l’on a de soit même est constamment interrompu par l’oubli [..] il n’y a donc aucun moment de nos vie ou nous puissions contempler devant nous d’un seul coup d’œil toute la suite de nos actions passés . » . Malgré la perte de mémoire c’est la même personne qui pense a partir du moment où on dis que l’identité personnel s’étend aussi a la mémoire

 

Conclusion

Quel intérêt de se rappeler le passé et de vouloir de revivre ? Ce vers quoi le film oriente le spectateur c’est que sans le passé nous ne somme rien . Si la mémoire fait notre identité nous perdons un peu de nous même chaque fois que nous oublions des morceaux de notre histoire la ou le film n’est pas crédible c’est que nous ne pouvons pas tout nous rappeler tous les détails de notre enfance ou de notre adolescence mais nous nous souvenons de ce qui fais de nous un être une personne , ce ne sont pas forcement des grands moment de notre vie , ni les meilleurs souvenirs . Le paradoxe du temps passé c’est qu’il est présent dans chaque moment de notre existence . Le passé comme son souvenir est une réalité dynamique . La relativité de la chronologie n’existe donc pas en soi , en lui même .

 

*cf. texte de John Locke dans Identité et différence, à lire ici !

Une réflexion au sujet de « Ciné : Camille redouble »

  1. Ping : L’existence, le temps, et Camille | Philochar élèves

Laisser un commentaire